/world/pacificasia
Navigation

La Chine dénonce la «maladie chronique» du racisme aux États-Unis

Coup d'oeil sur cet article

BEIJING | La Chine a dénoncé lundi la «maladie chronique» du racisme aux États-Unis, à la suite de la mort d’un Afro-Américain arrêté par la police, à l’origine de manifestations parfois violentes dans l’ensemble du pays. 

Les troubles dans plusieurs villes américaines sont le signe de «la gravité du problème du racisme et de la violence policière aux États-Unis», a déclaré devant la presse le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian.

M. Zhao a fait le rapprochement entre les violences aux États-Unis et celles qui ont secoué l’an dernier la région semi-autonome chinoise de Hong Kong, en réaction à l’influence de Beijing dans l’ancienne colonie britannique.

Selon lui, la réponse des États-Unis aux manifestations contre les violences policières sur leur sol est «un cas d’école de leurs deux poids — deux mesures de renommée mondiale».

«Pourquoi les États-Unis traitent-ils en héros les partisans de la violence et de la soi-disant indépendance de Hong Kong, tout en qualifiant ceux qui dénoncent le racisme “d’émeutiers”?», s’est-il interrogé. 

Beijing estime que «des forces étrangères» sont responsables de l’agitation à Hong Kong et qualifie les manifestants violents les plus radicaux de «terroristes».

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.