/finance/business
Navigation

L’aventure de Power Corporation dans la procréation assistée conclue par une faillite

Paul Desmarais III, membre du richissime clan Desmarais, a siégé au C.A. d’IntegraMed jusqu’en août

Procréa
Photo d’archives, Pierre-Paul Poulin La clinique Procréa de l’arrondissement Saint-Hubert, à Longueuil. Son actionnaire, IntegraMed, propose aux États-Unis des prêts pour financer la fécondation in vitro.

Coup d'oeil sur cet article

Power Corporation vient de mettre en faillite le réseau de cliniques de fertilité qu’il contrôlait depuis 2012, laissant en plan des centaines de patients.

Dans des documents récemment déposés devant un tribunal du Delaware, on apprend qu’IntegraMed a des actifs de 57,1 millions $ US, ce qui est bien en deçà de ses dettes de plus de 100 millions $ US. 

Le principal créancier d’IntegraMed est la Banque de Montréal, à qui la filiale de Power Corporation doit 92,3 millions $ US. 

Paul Desmarais III, fils de Paul Desmarais Jr, a siégé au conseil d’administration d’IntegraMed jusqu’en août dernier. Il est le PDG de Sagard Holdings, l’entité de Power qui contrôle IntegraMed.

Paul Desmarais III, PDG de Sagard Holdings
Photo d’archives, Jean-François Desgagnés
Paul Desmarais III, PDG de Sagard Holdings

Le 11 mai, soit dix jours avant le dépôt des documents de faillite, le gestionnaire de cliniques de fertilité a vendu pour 7 millions $ US des actifs informatiques à une firme d’investissement du Connecticut et à Shady Grove Fertility, une entreprise jusque-là associée à IntegraMed.

Liens avec Procréa

Sagard a acquis IntegraMed en 2012 pour 165 millions $. Trois ans plus tard, IntegraMed a établi des liens d’affaires étroits avec Procréa, une chaîne montréalaise de cliniques établies au Québec, en Ontario et au Manitoba.

On ne sait pas quel impact la faillite d’IntegraMed aura sur Procréa. Le Dr Pierre St-Michel, PDG de l’entreprise, n’a pas répondu aux nombreux messages du Journal. Power Corporation n’a pas réagi non plus.

« Il va falloir qu’ils contactent leur clientèle, affirme Céline Braun, présidente de l’Association Infertilité Québec. C’est certain qu’ils ne peuvent pas laisser les gens sans les informer. »

Aux États-Unis, la faillite d’IntegraMed suscite des inquiétudes chez les patients qui ont du sperme, des ovules ou des embryons congelés dans certaines cliniques. Selon un document de faillite d’IntegraMed, la situation est particulièrement critique pour trois cliniques situées à New York, au Missouri et au Texas.

Une autre clinique gérée par IntegraMed, CT Fertility, du Connecticut, a fermé ses portes en octobre 2018, mais des ovules, du sperme et des embryons y sont encore conservés.

Service « déficient »

Des patients ont reçu cette semaine un courriel de CT Fertility leur donnant jusqu’au 1er juin pour indiquer ce qu’ils veulent faire avec leur matériel reproductif, sans quoi il sera détruit.

« J’ai répondu au courriel et demandé qu’on nous appelle, et ils nous ont répondu qu’ils n’allaient pas nous parler au téléphone ! J’ai téléphoné au numéro principal d’IntegraMed et personne n’a répondu. Leur service à la clientèle est sérieusement déficient, c’est le moins qu’on puisse dire », a écrit un patient sur Facebook. 

En 2018 et en 2019, Power Corporation a inscrit des pertes de valeur de 82 millions $ liées à IntegraMed, dont elle détenait 91,6 % des actions.


Les revenus d’IntegraMed ont reculé de 9 % l’an dernier pour se chiffrer à 281 millions $ US, d’après l’un des documents de faillite. Du 1er janvier au 20 mai 2020, ils ont atteint 71,7 millions $ US.

IntegraMed en bref  

  • Fondation : 1985 
  • Siège social : Purchase, New York 
  • Activité : gestion de cliniques de procréation assistée et de programmes de financement de traitements de fertilité 
  • Acquisition par Power Corporation : 2012 
  • Revenus en 2019 : 281,8 M$ US 
  • Employés : environ 1000