/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

[EN IMAGES] Le déconfinement atteint un autre niveau aujourd'hui au Québec

Propriétaire d’un salon de coiffure à Limoilou, Jennifer Daklaras ouvrira son commerce aujourd’hui même s’il n’y aura que deux coiffeuses au lieu de quatre.
Photo Didier Debusschère Propriétaire d’un salon de coiffure à Limoilou, Jennifer Daklaras ouvrira son commerce aujourd’hui même s’il n’y aura que deux coiffeuses au lieu de quatre.

Coup d'oeil sur cet article

Le Québec franchit une autre grosse étape dans son déconfinement aujourd’hui avec la réouverture d’une dizaine de services. Si plusieurs commerces peuvent enfin se tourner vers l’avenir après cette pause, d’autres font face à d’énormes défis.

• À lire aussi: Voici ce qui est ouvert ou fermé, permis ou interdit

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de coronavirus

• À lire aussi: Des garderies qui sont prêtes à rouvrir

À l’exception du grand Montréal où ce sera le 15 juin, les salons de coiffure ouvrent leur porte aujourd’hui. Mais des propriétaires de salons de partout au Québec dénoncent le coût élevé des équipements obligatoires de protection.

  • Écoutez l'entrevue de l'esthéticienne et propriétaire du salon Concept Dermo Lisanne Daoust avec Geneviève Pettersen à QUB Radio:

Ils doivent composer avec «une logistique très lourde [...] dont la maudite blouse de protection», explique Doris Bélanger, propriétaire du salon Au premier, à Montréal. Le guide rédigé par la CNESST, à l’intention des propriétaires, impose le port d’un survêtement qui devra être changé ou lavé à la lessive entre chaque client.

Propriétaire d’un salon de coiffure à Limoilou, Jennifer Daklaras ouvrira son commerce aujourd’hui même s’il n’y aura que deux coiffeuses au lieu de quatre.
Photo Didier Debusschère

«On a fait la paix avec le fait qu’on allait diminuer nos chiffres d’affaires, fait valoir Anna Pacitto, propriétaire d’une trentaine de salons entre Trois-Rivières et Granby. Mais à cause de l’équipement de protection et des blouses, ça va nous coûter les yeux de la tête.» 

Propriétaire d’un salon de coiffure à Limoilou, Jennifer Daklaras ouvrira son commerce aujourd’hui même s’il n’y aura que deux coiffeuses au lieu de quatre.
Photo Didier Debusschère

Si tous les salons du Québec coiffent en moyenne 10 clients par jour, ils auront besoin de 250 000 blouses. «Dans le reste du Canada et ailleurs dans le monde, une telle blouse n’est pas exigée», indique Stéphane Roy, coiffeur et président de l’ACQ.

Propriétaire d’un salon de coiffure à Limoilou, Jennifer Daklaras ouvrira son commerce aujourd’hui même s’il n’y aura que deux coiffeuses au lieu de quatre.
Photo Didier Debusschère

Le salon Daklaras dans le quartier Limoilou, à Québec, recevra aujourd’hui quelques clients. «On fonctionne à effectif réduit. Il n’y aura que deux coiffeuses au lieu de quatre», explique la propriétaire, Jennifer Daklaras. 

Propriétaire d’un salon de coiffure à Limoilou, Jennifer Daklaras ouvrira son commerce aujourd’hui même s’il n’y aura que deux coiffeuses au lieu de quatre.
Photo Didier Debusschère

Elle déplore plutôt des frais sanitaires énormes à payer sans l’aide du gouvernement. «J’ai hâte de retrouver mon métier, mais si c’est si dangereux et que ça coûte si cher, pourquoi on ouvre?», se demande l’entrepreneure.

Casse-tête chez les dentistes

La situation n’est pas plus évidente chez les dentistes, dont le tiers ne seront pas capables de rouvrir aujourd’hui

Les dentistes Anne Robert et Denis Binet préparent leur cabinet pour recevoir des patients. Ils ont dû faire plusieurs ajustements dans les salles recevant les clients, notamment poser du polythène au plafond, ajouter des portes et acheter des équipements de filtration de l’air.
Photo Didier Debusschère
Les dentistes Anne Robert et Denis Binet préparent leur cabinet pour recevoir des patients. Ils ont dû faire plusieurs ajustements dans les salles recevant les clients, notamment poser du polythène au plafond, ajouter des portes et acheter des équipements de filtration de l’air.

Avec 1300 rendez-vous à reprogrammer, c’est tout un casse-tête logistique qui attend les dentistes Anne Robert et Denis Binet de la Clinique Dentaire Binet & Robert, à Québec. C’est cependant loin d’être leur unique souci.

Propriétaire d’un salon de coiffure à Limoilou, Jennifer Daklaras ouvrira son commerce aujourd’hui même s’il n’y aura que deux coiffeuses au lieu de quatre.
Photo Didier Debusschère

«Le gros manque, présentement, c’est au niveau des “fit test” et des [masques] N95. On n’est pas capable d’en avoir du tout, du tout. On se fait encore répondre quand on appelle des fournisseurs qu’ils les gardent pour le médical seulement» déplore le Dr Binet.

Propriétaire d’un salon de coiffure à Limoilou, Jennifer Daklaras ouvrira son commerce aujourd’hui même s’il n’y aura que deux coiffeuses au lieu de quatre.
Photo Didier Debusschère

Propriétaire d’un salon de coiffure à Limoilou, Jennifer Daklaras ouvrira son commerce aujourd’hui même s’il n’y aura que deux coiffeuses au lieu de quatre.
Photo Didier Debusschère

«On est prêts»

Dans les centres commerciaux en dehors de Montréal qui rouvrent aussi, l’heure était aux derniers préparatifs hier. 

À Place Sainte-Foy, des pastilles ont été posées au sol pour indiquer le sens de la circulation.
Photo Didier Debusschère
À Place Sainte-Foy, des pastilles ont été posées au sol pour indiquer le sens de la circulation.

«On est prêts (...) On considère que l’environnement du centre commercial est formidable pour respecter la distanciation», affirme le propriétaire des magasins de chaussure Jean-Paul Fortin et Clarks, François Monat, rencontré à Place Ste-Foy. 

Propriétaire d’un salon de coiffure à Limoilou, Jennifer Daklaras ouvrira son commerce aujourd’hui même s’il n’y aura que deux coiffeuses au lieu de quatre.
Photo Didier Debusschère

Il est à noter que tous les magasins ne seront probablement pas en mesure d’ouvrir aujourd’hui. Dans certains centres d’achat, on prévoit que seulement un commerce sur deux pourrait être opérationnel aujourd’hui. Le port du masque par la clientèle n’est pas obligatoire, mais il est vivement encouragé, ont indiqué les principaux centres commerciaux de Québec.

Jour J pour les campings

C’est aussi le grand jour pour les campeurs. Si la plupart d’entre eux n’ont pas manqué de montrer leur enthousiasme pour la réouverture d’aujourd’hui, d’autres se sentent plus frileux.

C’est le cas pour Éric Landry, propriétaire du Camping Les Cèdres à Saint-Jean-sur-Richelieu «C’est un stress énorme. Ce qu’on redoute le plus, c’est une éclosion», a-t-il lancé dimanche. 

En plus de devoir embaucher du personnel d’entretien additionnel et de devoir se conformer aux mesures de la Santé publique, il dit être inondé d’appels de clients inquiets eux aussi. 

– Avec Anne-Sophie Poiré, Dominique Lelièvre, Maude Ouellet

Des réouvertures attendues aujourd’hui         

PARTOUT AU QUÉBEC  

  • Cliniques de soins privés: dentisterie, physiothérapie, ostéopathie, ergothérapie, chiropractie, massothérapie, psychologie, optométrie, acupuncture, naturopathie, homéopathie, travail social, thérapie conjugale et familiale, sexologie, nutrition, orthophonie et audiologie, podiatrie, médecine douce ou alternative et toilettage des animaux.          
  • Réouverture graduelle des palais de justice à travers la province.                

DANS LE GRAND MONTRÉAL  

  • Réouvertures des garderies                

PARTOUT, SAUF DANS LE GRAND MONTRÉAL   

  • Centres commerciaux, centres de soins esthétiques comme les salons de coiffure et les barbiers, les centres d’esthétique, les entreprises de manucure et de pédicure, les services d’épilation, de soins de la peau, et les studios de tatouage et de perçage.        
  • Les campings, pourvoiries, Zec et la Sépaq pourront accueillir des visiteurs dès aujourd’hui, sauf dans le Grand Montréal et dans la MRC de Joliette. Différentes règles s’appliquent toutefois.            

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.