/sports/fighting
Navigation

Un défi lancé à «Canelo» Alvarez

Conf�rence Jean Pascal
Photo d'archives, Ben Pelosse Jean Pascal lors d'une conférence de presse en janvier.

Coup d'oeil sur cet article

Jean Pascal est toujours prêt à affronter les grosses pointures de la boxe. Pour la deuxième fois en quelques mois, il lance une invitation à Saùl Canelo Alvarez pour un duel à 175 lb. 

• À lire aussi: Tensions raciales: «Un meurtre en direct»

« Malgré [le fait] que j’ai 37 ans, j’ai encore le même franc-parler, a souligné Pascal. J’ai toujours été un athlète qui aime les défis. 

« J’ai ciblé Canelo parce qu’il a déjà boxé chez les 175 lb et il est devenu champion du monde. À la fin de la journée, les vrais champions veulent laisser leur marque sur la planète Terre. 

« Pour le faire, il faut écrire l’histoire et je lui donne l’occasion de le faire chez les mi-lourds pour une deuxième fois. »

Alvarez a passé le knock-out à Sergey Kovalev l’an dernier pour mettre la main sur le titre WBO des mi-lourds. Cependant, le Russe n’avait été que l’ombre de lui-même.

Conf�rence Jean Pascal
Photo d'archives, AFP

Est-ce que Pascal pourrait mieux faire que Kovalev dans un choc contre le Mexicain ?

« Nos styles donneraient un combat électrisant aux amateurs. Canelo est considéré parmi les meilleurs boxeurs livre pour livre au monde. Encore une fois, je serais le négligé, un rôle que j’adore. 

« Je ferais mieux que Kovalev parce que je sais que je pourrais gagner un tel duel. Je suis plus grand et plus gros que Canelo. Je frappe plus fort, mais il est plus rapide que moi en raison de son âge. Ce serait trippant pour le Québec. »

Revanches sur la glace

Avant la crise de la COVID-19 en Amérique, Pascal n’avait pas encore signé son contrat pour son prochain combat. Un deuxième choc contre Badou Jack ou Marcus Browne était sur la table. 

Premier Boxing Champions (PBC), avec qui Pascal a un contrat de plusieurs combats, aimerait relancer ses activités durant la saison estivale.

« Le projet est sur la glace en raison de la pandémie. J’attends que le téléphone sonne et je serai prêt. Pour ce qui est d’un combat à huis clos, je n’aurais aucune difficulté avec ça en raison de mon expérience. 

« Il n’y aurait personne dans l’amphithéâtre, mais il y aurait des milliers de téléspectateurs qui m’encourageraient à la maison. »