/finance/business
Navigation

Bell et Telus tournent le dos à Huawei pour le 5G

Coup d'oeil sur cet article

Bell et Telus semblent vouloir bouder l’entreprise chinoise Huawei pour plutôt miser sur la compagnie suédoise Ericsson et sur celle finlandaise Nokia, afin de développer leurs réseaux 5G distincts.

Pour Telus, il s’agit d’une volte-face puisqu’elle comptait sur Huawei. Jusqu'à l'an dernier, Bell voulait aussi avoir recours aux services du géant chinois avec qui elle fait affaire, mais l'incertitude entourant le sort de Huawei au Canada semble avoir fait pencher la balance en sa défaveur.

Les deux entreprises de télécommunications canadiennes devront donc assumer une facture plus salée en se tournant vers d’autres fournisseurs pour développer leurs réseaux 5G, selon de nombreux spécialistes.

Les services de renseignements, ainsi que des alliés, comme les États-Unis, avaient demandé à Ottawa de bannir l’équipementier de Chine pour la construction du 5G pour des raisons de sécurité nationale. Malgré tout, le gouvernement Trudeau n’a toujours pas décidé s’il allait permettre ou non à Huawei de participer à l'élaboration d'un réseau 5G au pays.

Bell et Telus ont donc imité Rogers en s’appuyant sur Ericsson afin de construire ce réseau qui accélérera fortement la vitesse et les capacités de transmission de données sans-fil par rapport au réseau existant. De son côté, Vidéotron fait confiance à Samsung pour développer son réseau 5G, une infrastructure qui nécessite d’énormes investissements.

Bell vante Ericsson

Pour justifier son choix, Bell a fait valoir mardi qu’Ericsson est bien implantée dans le 5G, qui n’est pas encore accessible au Canada, car elle a déjà conclu 92 ententes commerciales sur quatre continents pour cette technologie qui promet de révolutionner la connectivité sans fil.

«Les produits de réseau 5G novateurs de même que l'expérience d'Ericsson à l'échelle internationale seront essentiels à notre déploiement de cette technologie mobile innovante au Canada», a affirmé Mirko Bibic, président et chef de la direction de BCE et de Bell Canada, par communiqué, mardi.

L’entreprise basée à Stockholm fournira l'équipement du réseau d'accès radioélectrique pour le réseau sans fil 5G national de la plus grande entreprise de télécommunication au pays, y compris pour le service internet résidentiel sans fil à haute vitesse pour les régions rurales du Canada. Elle fournit déjà de l’équipement à Bell pour le réseau sans fil 4G LTE. Le recours à Nokia avait déjà été annoncé en février dernier par Bell.

Du côté de Telus, la direction a souligné par communiqué que le réseau 5G créé par le tandem Ericsson-Nokia viendra «non seulement propulser des applications grand public, comme les jeux mobiles et la réalité virtuelle, mais aussi outiller la vaste chaîne d’approvisionnement de l’industrie canadienne pour qu’elle puisse concurrencer à l’échelle mondiale».

La compagnie de la Colombie-Britannique estime que cette technologie favorisera le télétravail, la prestation de soins de santé et l’éducation à distance.