/news/society
Navigation

L'École nationale de police du Québec forme les recrues en matière de profilage

Bloc Sûreté du Québec SQ Police
Photo Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

NICOLET – Les recrues policières formées à l'École nationale de police du Québec, à Nicolet, sont prémunies contre les risques d'agir en vertu de préjugés raciaux, religieux ou culturels dans l'exercice de leur métier.

Elles reçoivent deux formations de 45 heures chacune traitant de diversité sociale «au sens large». Les aspirants-policiers sont mis à l'épreuve lors de simulations pour éviter le genre de drame que viennent de connaître les États-Unis avec l'affaire George Floyd.

L'École nationale de police du Québec explique qu'il est enseigné aux cadets de se comporter lors d'une interpellation comme s'ils avaient affaire à un membre de leur propre famille. Ça ne signifie pas que le recours à la force nécessaire ne sera pas éventuellement requis.

«En le faisant avec cette pensée-là à la base, avec un bon jugement, l'intervention devrait bien se dérouler», a indiqué Pierre Saint-Antoine, directeur des affaires institutionnelles et des communications de l'École nationale de police du Québec.

«À la base, c'est le respect, la politesse lors de l'intervention, a-t-il ajouté. Encore une fois, il faut aussi penser que de la part du citoyen qui se fait interpeller, c'est le respect de la police et la collaboration qui doivent prévaloir.»

L'école avait déjà prévu tenir à la mi-juin, en mode virtuel, un séminaire portant sur le profilage mettant en présence des experts du domaine et des dirigeants de services policiers. On assure toutefois que ça n'a rien à voir avec les derniers évènements.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.