/finance
Navigation

Refus d’accès à des données: Loto-Québec évoque la concurrence avec les casinos ontariens pour justifier sa discrétion

loterie
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Loto-Québec affirme que sa rivalité avec les établissements de jeux de l’Ontario est l’une des raisons justifiant, aujourd’hui, son refus de fournir des données sur les performances financières de chacun de ses casinos.

• À lire aussi: Des données publiques de Loto-Québec soudain «confidentielles»

« La présence d’établissements de jeu à proximité de nos casinos, tel le Hard Rock Casino, à Ottawa, situé à quelques kilomètres du Casino du Lac-Leamy, constitue une concurrence directe pour notre établissement », répond dans un courriel le directeur des affaires publiques, Patrice Lavoie.

« Toute divulgation d’information privilégiée, comme la performance financière ou l’achalandage du casino, devient donc un élément sensible qui peut servir à la compétition », poursuit-il.

L’Ontario aussi discret

Le Hard Rock Casino, situé sur le site du Rideau Carleton Raceway, au sud d’Ottawa, ne divulgue également pas ses résultats financiers. Il s’agit d’un projet de 318 M$, dont la première phase a été complétée en 2018.

Une étude réalisée en 2018 par la firme Shore Tanner & Associates révélait que l’ouverture de ce nouveau complexe de jeux chez nos voisins pourrait entraîner des pertes de revenus d’environ 62 M$ par année à Loto-Québec.

La société d’État a investi plus de 50 millions $, au cours des dernières années, pour moderniser son établissement du Lac-Leamy. La direction avait concédé, l’an dernier, ressentir déjà dans ses finances des impacts causés par le développement du Hard Rock Casino.

Depuis le début de l’exercice financier 2019-2020, Loto-Québec ne dévoile plus ses revenus par casino et salon de jeux. 

La société d’État préfère maintenant regrouper ces données dans ses rapports financiers, ce qui empêche de connaître la rentabilité de chaque établissement.

Il n’est également pas possible d’obtenir ces informations, qui étaient auparavant publiques, via l’accès à l’information. Dans une demande du Journal, Loto-Québec répond que les données sur ses casinos sont « de nature commerciale, traitées de façon confidentielle ». 

Mardi, l’ancien ministre libéral des Finances et aujourd’hui porte-parole de l’opposition officielle en matière de finances, Carlos Leitão, mentionnait dans un article du Journal que cette nouvelle façon de procéder de la société d’État était « inacceptable ».

Loto-Québec dit respecter ses obligations en matière de transparence dans la divulgation des informations relatives à ses résultats financiers.