/sports/opinion/columnists
Navigation

Excursion de pêche, comment se démêler

Pourvoirie
Photo courtoisie, Karl Tremblay Présentement, les pourvoyeurs et les groupes d’amis qui se rendaient tous les printemps dans ce type d’installations pour leur excursion de pêche annuelle sont les grands perdants des mesures de la santé publique.

Coup d'oeil sur cet article

La saison qui a débuté lundi passera à l’histoire comme celle qui aura causé le plus de maux de tête tant aux pêcheurs qu’à ceux qui les reçoivent en forêt.

Pour la Sépaq, la cellule familiale est composée de gens qui ont été confinés ensemble.

Cela signifie donc deux adultes et des enfants incluant les familles reconstituées et les gardes partagées, deux adultes et deux enfants d’âge adulte qui demeurent à la même adresse, des colocataires (pas de maximum de personnes) et les gens qui habitent les maisons multi générations.

Les chalets pour quatre ont deux chambres. Des familles de 5 ou 6 membres louent ces chalets en installant les parents dans une chambre, deux enfants dans l’autre et deux autres enfants sur le divan-lit ou sur un matelas gonflable qu’ils ont apporté.

Pour les chalets qui ont une capacité de cinq et plus, avec au moins une chambre en plus, la santé publique demande une quarantaine de 24 heures entre les séjours pour le ménage et la désinfection.

La Sépaq a les équipes nécessaires pour agir rapidement. Ces chalets de plus grande capacité ne peuvent être loués qu’à une unité familiale, selon la définition.

LES ZECS SÉVÈRES

Du côté de Zecs Québec, les règles à respecter sont très claires.

Vous n’avez pas le droit de vous rendre à la pêche dans une zec à bord du même véhicule si vous n’habitez pas à la même adresse. La même règle s’applique dans le cas des hébergements. Vous ne pouvez pas dormir avec vos amis dans la même caravane, par exemple. Seuls les gens vivant sous le même toit peuvent le faire, sinon, il faut des hébergements distincts.

Pour les embarcations, il est préférable d’avoir la vôtre et de respecter les deux mètres à bord. Il faudra nettoyer l’embarcation louée avec les produits hygiéniques fournis par la zec.

Au poste d’accueil, vous devez respecter les directives mises en place pour la sécurité des employés comme se laver les mains. Aussi, pas de rassemblement extérieur de plus de 10 personnes et de plus de 3 familles.

Les blocs sanitaires et toilettes sèches sont fermés pour le moment. Vous devez être autonome. Enfin, l’offre d’hébergement sous la forme d’un lit dans un ou plusieurs dortoirs et la location de chambres n’offrant pas de salle de bain privée, demeure interdite.

EN POURVOIRIE

Toutes les mesures de distanciation sociale et de cellule familiale, ainsi que les consignes de la santé publique sont les mêmes si vous séjournez en pourvoirie.

Les pourvoyeurs sont les grands perdants, tout comme les pêcheurs qui fréquentent ces territoires en cette période de l’année. Après avoir perdu leurs revenus du mois de mai, la majorité des pourvoyeurs vont perdre beaucoup en juin. Durant les deux premiers mois de la saison, les groupes qui se rendent en pourvoirie sont majoritairement composés d’amis qui vivent leur excursion annuelle.

«Quatre chums qui vont se présenter en pourvoirie, à moins d’avoir vécu à la même adresse, n’auront certainement pas résidé ensemble dans les derniers temps», explique le président-directeur général de la Fédération des pourvoiries du Québec, Marc Plourde.

«C’est tout un casse-tête pour les pourvoyeurs. Il faut espérer que les choses vont changer sous peu, sinon, les pertes vont causer des dommages irréversibles.»

Quatre amis dans une pourvoirie devront être hébergés à raison d’un par chalet. Cela signifie que le pourvoyeur devra mobiliser quatre chalets au lieu d’un seul pour le groupe. Les revenus pour un chalet, qui variaient entre 500 $ et 1000 $ par jour, vont rapporter la même somme, mais pour une semaine.

La santé publique suit la situation de très près. Nul doute que les responsables vont lever ces restrictions en partie pour ramener les choses à la normale aussitôt que possible.

Lors du point de presse de mardi dernier, il a été question de l’ouverture de salles de spectacles avant le 23 juin. Il deviendra alors difficile d’interdire à quatre chums de vivre leur séjour de pêche dans le même chalet.

EN BREF 

Nouveau PDG à la FFQ

Après 14 ans de loyaux services comme président-directeur général de la Fondation de la faune du Québec, M. André Martin prendra sa retraite le 8 juin.

Il sera remplacé par l’actuel directeur général de Zecs Québec, M. Jean-Claude D’Amours. Il arrive avec un bagage de connaissances qui l’aidera certainement à remplir son nouveau rôle. Initié très jeune à la chasse et à la pêche avec son père, il a choisi de faire des études qui l’ont mené à développer une expertise en tourisme et dans le monde de la faune, alors qu’il devenait bénévole au sein de la zec Owen en 2002.

Trois ans plus tard, il devenait directeur général de Zecs Québec qui chapeaute les 63 zecs du Québec. Il occupait ce poste depuis 15 ans. Son expérience lui permettra d’aider la Fondation à poursuivre sa mission très bien engagée par son prédécesseur.