/news/society
Navigation

La Ligue des Noirs du Québec prête à abandonner un recours collectif de 171 M$

Coup d'oeil sur cet article

En échange de véritables engagements contre le profilage racial et le racisme systémique, la Ligue des Noirs du Québec abandonnerait son recours collectif de 171 M$ contre le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), a appris TVA Nouvelles. 

«On ne veut pas faire une guerre juridique. On est raisonnables. On veut faire en sorte que la Ville intervienne et pose des solutions concrètes et immédiates contre le profilage racial», ajoute Max Bazin, de la Ligue des Noirs du Québec.

Le recours collectif contre le SPVM a été autorisé par le tribunal au nom de victimes alléguées de profilage racial. Parmi ses demandeurs, Alexandre Lamontagne, un agent de sécurité à Montréal, dit avoir subi du profilage racial, en août 2017.

Alors qu'il n'avait commis aucune infraction criminelle ni violation à quelque règle de droit que ce soit, il affirme que des policiers du poste de quartier 16 s'en sont pris brutalement, vicieusement et illégalement à sa personne.

Un momentum

Mise à part quelques fâcheux incidents au centre-ville dimanche que la Ligue des Noirs du Québec condamne, l'organisation juge qu’il y a manifestement un momentum.

«Nous croyons que la mairesse est de bonne foi. Nous croyons également que les consciences sont très éveillées. La Ligue des Noirs est prête à collaborer totalement pour que nous puissions trouver des solutions au problème», affirme Gabriel Bazin, vice-président de la Ligue. 

La Ligue des Noirs du Québec opte donc pour une approche de la main tendue. Elle a d’ailleurs fait parvenir hier une lettre au cabinet de la mairesse de Montréal.

«La Ligue des Noirs du Québec est consciente de votre détermination à apporter une contribution historique pour résoudre les problèmes posés par le profilage racial et la discrimination systémique qui sont des cancers sociaux qui affectent la vie de Montréalais et Montréalaises de tous les horizons. Nous souhaitons vous rencontrer d’urgence», peut-on lire.