/news/politics
Navigation

Sondage: les partis politiques doivent rembourser l'aide reçue

Sondage: les partis politiques doivent rembourser l'aide reçue
AFP

Coup d'oeil sur cet article

La subvention salariale d’urgence accordée aux partis politiques fédéraux afin de leur permettre de payer leurs employés pendant la pandémie ne passe pas dans l’opinion publique.

• À lire aussi: La Prestation canadienne d’urgence pour des retraités de l’État

• À lire aussi: Près d'un demi-million d'étudiants reçoivent la PCUE

C’est ce qu'indique un coup de sonde de Léger mené auprès de Québécois et commandé par le Bloc québécois (BQ).

Depuis le début de la crise du coronavirus, vous êtes nombreux à suivre les points de presse du gouvernement Trudeau, à regarder les reportages portant sur les différents programmes d'aide gouvernementale, à lire sur le sujet et à en discuter sur les médias sociaux.

D’après le sondage, 55 % des gens interrogés sont au fait des critiques à l’égard de l’utilisation de la Subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC) par des partis politiques fédéraux afin de rémunérer leurs employés.

Le Parti libéral du Canada (PLC), le Parti conservateur du Canada (PCC), le Nouveau Parti démocratique (NPD) et le Parti vert ont tous fait une demande pour obtenir la subvention salariale. Celles du PLC et du PCC ont déjà été approuvées. Seul le Bloc québécois ne s’en est pas prévalu et ne compte pas le faire.

Le programme de subvention salariale, qui est en quelque sort une Prestation canadienne d'urgence (PCU) pour les partis politiques, vise à couvrir 75 % des salaires d’employés d’organisations durement touchées par la crise de la COVID-19, jusqu’à concurrence de 847 $ par semaine par travailleur.

Pas admissibles

Sondés à savoir ce qu’ils pensent de cette subvention, 48 % des gens croient que les partis politiques fédéraux ne devraient pas y être admissibles.

Toutefois, 27 % des gens estiment que les partis politiques sont des organisations comme les autres et qu’elles doivent être admissibles à l’aide fédérale alors que 25 % sont indécis ou préfèrent ne pas répondre à la question.

Ces chiffres varient selon les intentions de vote des Québécois. Ceux qui comptent voter libéral croient dans une proportion de 40 % que les partis politiques ne devraient pas être admissibles à de l'aide. Ils sont 39 % à penser la même chose si leur allégeance politique va au NPD, 72 % au Bloc et 64 % au Parti conservateur.

Rembourser l’aide reçue

À savoir si le Parti libéral et le Parti conservateur devraient conserver les montants reçus ou les rembourser, vous êtes 57 % à penser qu’ils devraient retourner les montants reçus.

A contrario, 21 % des gens sondés croient que les partis politiques devraient garder les sommes encaissées. Le pourcentage d’indécis ou de ceux qui ne préfèrent pas répondre à la question est de 21 %.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

L’opinion des gens interrogés change également selon leur intention de vote. Ceux qui songent à voter libéral veulent que les partis remboursent dans une proportion de 51 %, 53 % s’ils comptent voter orange, 73 % pour le Bloc et 71 % s’ils adhèrent aux valeurs du Parti conservateur.

Ce sondage web, commandé par le Bloc québécois, a été réalisé les 30 et 31 mai derniers auprès de 1006 Québécois âgés de 18 ans et plus parlant français ou anglais.

La marge d’erreur maximale est de plus ou moins 3,1 %, 19 fois sur 20.