/news/currentevents
Navigation

Les données pillées sont un «Klondike» pour les fraudeurs

Coup d'oeil sur cet article

Les listes d’identités volées qu’on trouve sur le dark web sont une mine d’or pour les criminels et servent maintenant à frauder massivement la PCU, estiment des experts.

• À lire aussi: On vole son identité, demande la PCU et son retour d’impôt

« Les fraudeurs se sont tellement bien développés et organisés, ce ne sont plus des “ti-counes”, mais des groupes qui en ont fait un business. On peut mitiger la fraude, mais il n’y a rien pour les arrêter », explique Jean-Philippe Décarie-Mathieu, chef de la cybersécurité pour vygl.ca.

Les arnaqueurs arrivent à profiter facilement de la Prestation canadienne d’urgence (PCU) en grande partie grâce aux informations personnelles volées au fil des années et qui, dans plusieurs cas, circulent sur les sites internet clandestins.

Grâce aux données, ils se font ainsi passer pour des Canadiens et reçoivent l’argent dans des comptes bancaires qu’ils vident ensuite.

« La tactique du fédéral actuellement, c’est de pelleter le problème par en avant et dire qu’on verra après, constate M. Décarie-Mathieu. Sauf que le “après” peut être dans vraiment longtemps, c’est le Klondike [la ruée vers l’or] pour les fraudeurs. »

Lettre d’avis

Pour contrer la fraude, des experts suggèrent que le gouvernement envoie une lettre d’avis aux bénéficiaires de la PCU pour les prévenir qu’ils la reçoivent.

« Ce serait mieux que rien, mais des gens vont se dire que c’est normal de recevoir cette lettre et ils ne feront rien », explique M. Décarie-Mathieu en ajoutant qu’en mars, il y a eu une hausse de 475 % de la fraude en ligne.

Pour l’expert en cybersécurité Steve Waterhouse, ce genre de crime doit servir « d’éveil » pour la population.

« Il y a une relation entre la facilité et la sécurité, les gens ne veulent pas apprendre, déplore M. Waterhouse. La seule façon de prévenir [la fraude], c’est de surveiller ses affaires régulièrement et de s’abonner à un service comme Equifax, ça ajoute une couche de surveillance. »

Le Centre antifraude du Canada (CAFC) a confirmé avoir reçu 133 rapports de Canadiens, dont 17 Québécois, qui se disent victimes de vol d’identité ayant servi à la PCU. 

Le CAFC rappelle l’importance de signaler toutes les fraudes à la police et à l’Agence du revenu du Canada.