/news/green
Navigation

Montréal: certains plaisanciers se sont approchés de trop près de la baleine

Coup d'oeil sur cet article

Pêches et Océans Canada a ouvert trois enquêtes sur des plaisanciers qui auraient approché d’un peu trop près le rorqual à bosse qui nage depuis quelques jours dans les eaux montréalaises. 

• À lire aussi: Que fait le rorqual à bosse à Montréal?

• À lire aussi: Aperçue dans le Vieux-Port de Montréal: la baleine est arrivée «dans un cul-de-sac»

• À lire aussi: [IMAGES] Une baleine à bosse s’amuse à Montréal

Des personnes ont tenté d’approcher la baleine depuis samedi dernier, notamment dans le secteur du Vieux-Port et du pont Jacques-Cartier.

Photo Agence QMI, Joël Lemay

Photo Agence QMI, Joël Lemay

La loi stipule pourtant qu’il est interdit de s’approcher des mammifères marins à moins de 100 mètres, sous peine d’une amende pouvant atteindre plusieurs milliers de dollars.

Les agents des pêches et le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) gardent l’œil ouvert étant donné la grande popularité du rorqual à bosse, qui a passé les derniers jours en face de l’île de Montréal.

«Ce n’est pas parce que les agents des pêches et le SPVM ne sont pas visibles sur l’eau qu’on ne vous voit pas. Des partenaires travaillent pour nous sur les berges. Il peut y avoir enquête», a dit Charles Dufault, superviseur chez Pêches et Océans Canada.

Les curieux sont nombreux, en bateau, mais aussi au Quai de l’horloge, à tenter d’apercevoir le rorqual à bosse. De temps en temps, il lâche un grand jet à la surface et a même effectué des dizaines de sauts hors de l’eau mercredi soir.

Avec les marinas qui sont officiellement ouvertes depuis le 1er juin et la fin de semaine qui s’en vient, il est bon de rappeler qu’il faut absolument respecter une certaine distance avec ce mastodonte de 30 à 40 tonnes.