/news/currentevents
Navigation

On vole son identité, demande la PCU et son retour d’impôt

L’Agence du revenu du Canada a tardé à envoyer un message d’alerte à la victime

Vol d’identité
Photo Ben Pelosse Un Montréalais victime de vol d’identité, qui a demandé qu’on taise son nom vu la nature de son emploi, a remarqué que les fraudeurs avaient réussi à modifier le numéro de son compte bancaire dans son dossier à l’Agence du revenu du Canada.

Coup d'oeil sur cet article

Un Montréalais dont l’identité a été volée dénonce que les fraudeurs aient pu faire deux demandes de PCU à son nom avec une facilité déconcertante sans qu’il soit alerté.

• À lire aussi: Les données pillées sont un «Klondike» pour les fraudeurs

Encore plus inquiétant, non contents d’avoir encaissé les Prestations canadiennes d’urgence (PCU) en usurpant son identité, les escrocs ont aussi réussi à modifier le numéro de son compte bancaire dans son dossier à l’Agence du revenu du Canada (ARC) afin de s’emparer également de son remboursement d’impôt. Là encore, personne n’a remarqué le subterfuge ni sonné l’alarme.

« C’est vraiment effrayant, j’ai encore de la misère à comprendre par quel stratagème ils s’y sont pris. Ça semble vraiment avoir été facile », raconte la victime de fraude, qui a demandé à ce qu’on taise son nom vu la nature de son emploi. 

L’homme est un client de Desjardins et fait partie des 4,2 millions de Québécois qui ont vu leurs informations personnelles (nom, prénom, adresse, date de naissance, numéro d’assurance sociale, etc.) être dérobées.

Sans savoir s’il y a un lien, il fait aussi partie des anciens employés de Revenu Québec dont les données avaient également fuité.

Carte de crédit

C’est « par chance » qu’il a pu se rendre compte rapidement de la fraude, car une carte de crédit prépayée qu’il n’avait pas commandée est arrivée dans sa boîte aux lettres, le 11 mai. Elle provenait d’une plateforme numérique, KOHO. 

« Je ne connaissais pas ça, donc je me suis tout de suite questionné. Et je me suis rendu compte qu’ils avaient mon nom, mon adresse dans leurs dossiers », explique-t-il. 

Tout de suite, le Montréalais a vérifié sur d’autres plateformes afin de savoir jusqu’où s’étendait le vol d’identité. Il a constaté avec horreur sur le site de l’ARC que deux demandes de PCU avaient été faites à son nom, totalisant 4000 $. 

« Au début du mois de mai, ils avaient aussi changé les comptes pour le dépôt direct. Lorsque j’ai remis les bonnes informations, j’ai reçu un courriel d’alerte. Je ne comprends pas pourquoi ce n’est pas arrivé la première fois », se questionne la victime. 

Malgré le signalement, l’ARC a tout de même tenté de verser son remboursement d’impôt dans le compte des arnaqueurs. 

« Heureusement, le virement a été bloqué par l’institution financière, qui avait signalé le compte comme étant frauduleux. Sinon, j’aurais sûrement aussi perdu mon versement d’impôt », laisse-t-il tomber. 

Enquête

L’homme espère pouvoir faire reconnaître la fraude et ainsi retirer l’usage de la PCU de son dossier.

« L’Agence enquêtera sur tous les cas signalés de vol d’identité suspecté et travaillera avec la victime pour s’assurer qu’elle obtient les prestations auxquelles elle a droit », a indiqué l’ARC par courriel. 

« Nous continuerons à travailler pour prévenir les tentatives de fraude et nous coopérons pleinement avec les autorités afin de fournir les informations nécessaires pour arrêter les fraudeurs », a de son côté réagi KOHO.