/news/currentevents
Navigation

PCU: un bar ouvert pour les fraudeurs

Des demandes à la chaîne sont effectuées par les voleurs d’identités pour obtenir des chèques de la PCU

Lucie K. Morrisset
Photo Pierre-Paul Poulin Lucie K. Morisset, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain à l’Université du Québec à Montréal, a été victime de vol d’identité. Elle montre ici les chèques de la Prestation canadienne d’urgence qu’elle a reçus dans sa boîte aux lettres, même si elle n’y a pas droit. Des fraudeurs ont fait une demande à son nom.

Coup d'oeil sur cet article

Ottawa n’a toujours aucune idée de l’ampleur des fraudes liées à la PCU, même si davantage de signaux montrent que des groupes criminels organisés en profitent pour se mettre des millions dans les poches en usurpant l’identité d’honnêtes citoyens.

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

Ces bandes d’arnaqueurs font des demandes à la chaîne depuis des semaines afin de maximiser les chances d’empocher des chèques de la Prestation canadienne d’urgence (PCU), selon nos informations.

« Les fraudeurs sont crampés de rire », a confié au Journal une source au fait du dossier, mais qui n’est pas autorisée à parler publiquement.

Elle ajoute que les propos du premier ministre Justin Trudeau le mois dernier n’ont pas aidé la cause lorsqu’il a dit publiquement qu’il ne resserrerait pas les vérifications avant d’octroyer la PCU.

« Ce n’est pas à cause de 1 % de fraudeurs qu’on va ralentir ou empêcher des millions de Canadiens de recevoir l’aide dont ils ont si besoin », avait-il soutenu.

« Avec ce message, il a confirmé aux fraudeurs qu’ils avaient le champ libre pour continuer jusqu’à la fin du programme », souligne notre source. 

Pas de nombre précis

À Ottawa, personne dans l’appareil fédéral n’ose d’ailleurs s’avancer sur l’importance de la supercherie.

« Malheureusement, nous ne savons pas combien de Canadiens sont victimes de fraude de la PCU. Nous ne recevons que l’information selon laquelle un compte a été victime d’une fraude pour éviter que ce Canadien soit victime d’une fraude supplémentaire pour d’autres programmes et prestations », nous a confirmé une autre source au sein du gouvernement Trudeau.

Le Journal publiait hier le récit d’un Montréalais dont l’identité a été utilisée par des escrocs pour obtenir avec grande facilité deux demandes de la PCU à son nom sans qu’il soit alerté.

Depuis, d’autres Québécois ont contacté Le Journal, disant avoir été victimes d’un stratagème semblable, dont la professeure Lucie K. Morisset, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain.

Cette cliente de Desjardins, dont les données personnelles ont été dérobées, a réalisé à l’automne dernier qu’elle était victime de vol d’identité en recevant plusieurs cartes de crédit qu’elle n’avait pas commandées.

Chèques de la PCU à la maison

Les manœuvres frauduleuses ont recommencé de plus belle fin avril lorsqu’elle a reçu deux chèques de la PCU totalisant 4000 $ par la poste.

« J’ai pas perdu mon emploi, je n’ai même pas droit à la PCU, c’est complètement absurde, s’étonne la professeure à l’UQAM. J’ai renvoyé les chèques. Mais comment ça se fait qu’il n’y ait pas de sonnette d’alarme ? »

Selon Mme Morisset, une théorie de la police est que les criminels auraient pu tenter de voler les chèques de PCU dans sa boîte aux lettres. Elle déplore maintenant que le gouvernement n’ait même pas accusé réception de son signalement de fraude.

« Le fédéral est extraordinairement lent à régler ça. Où est la courroie de transmission ? » se demande-t-elle. 

OUvrir un faux compte

Or, la grande majorité des arnaqueurs ne vont pas attendre que le chèque arrive à la maison. D’après nos informations, la tactique privilégiée est d’ouvrir un compte en banque bidon et de modifier les informations au dossier de la victime pour y faire déposer par dépôt direct la PCU. 

Les citoyens dont l’identité a été usurpée risquent de se rendre compte de l’escroquerie que l’an prochain lorsqu’on leur réclamera de payer des impôts sur les PCU encaissées frauduleusement à leur nom.

-Avec Guillaume St-Pierre, Bureau parlementaire

COMMENT SAVOIR SI VOTRE IDENTITÉ A ÉTÉ VOLÉE ?

La façon la plus simple et la plus rapide de vérifier si votre identité a été utilisée frauduleusement est de consulter votre dossier en ligne à l’Agence du revenu du Canada (ARC) :  

  • Sur la page d’accueil, le deuxième onglet « Détails du soutien d’urgence relatif à la COVID-19 » indiquera si vous avez présenté une demande et quel est son statut.  
  • Si vous n’êtes pas encore inscrit, vous pouvez le faire sur le site de l’ARC (canada.ca/fr/agence-revenu).  
  • Vous devez fournir ces informations : numéro d’assurance sociale, date de naissance, code postal.  
  • Pour confirmer votre identité, on vous demandera le montant indiqué sur une ligne d’une récente déclaration de revenus, puis de créer des questions de sécurité.  
  • Le processus d’inscription peut alors être complété au téléphone avec un représentant de l’Agence ou demandez qu’on vous envoie par la poste un code d’accès.  
  • Il est recommandé de retourner vérifier régulièrement votre dossier afin de prévenir une fraude.    

Source : Agence du revenu du Canada