/finance
Navigation

COVID-19: l’immobilier malmené en mai dans la Belle Province

Une baisse de 25 % des transactions, tous secteurs confondus

Quebec
Photo Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

Tous les secteurs de l’immobilier, soit commercial, industriel et résidentiel, auront souffert des impacts de la pandémie en mai. Le nombre de ventes a plongé de 25 % au Québec.

• À lire aussi: Le Québec à l'origine de près de 80% de la croissance de l'emploi

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de coronavirus

Selon le centre de données foncières et commerciales ITerram, Montréal et Laval ont été parmi les villes les plus durement touchées, avec une diminution du nombre de transactions d’environ 37 % par rapport à mai 2019. 

Pour leur part, Québec et Lévis ont respectivement enregistré une baisse de 18 % et 5 %.

Malgré le recul de mai, tous secteurs confondus, on note seulement une diminution d’environ 5 % du nombre de transactions depuis le début de l’année. Il faut dire que les mois de janvier et février avaient connu de très bonnes performances.

Cependant, ce ne sont pas toutes les régions où le marché immobilier a été malmené au cours du mois de mai. Montmagny, Charlevoix, Berthier et Bellechasse ont vu une augmentation du nombre de transactions.

Cette baisse de 25 % représente un record depuis au moins 2012. ITerram ne compilait pas ces données avant cette date.

À Québec et à Montréal, la chute du nombre de transactions enregistrées pour le secteur résidentiel fait partie des conséquences de la pandémie de la COVID-19.
Photo d’archives, Simon Clark
À Québec et à Montréal, la chute du nombre de transactions enregistrées pour le secteur résidentiel fait partie des conséquences de la pandémie de la COVID-19.

Impacts dans le résidentiel

Pour le secteur résidentiel, les conséquences de la pandémie se sont traduites par une chute du nombre de transactions à Québec et à Montréal. 

Rappelons que les courtiers ont pu reprendre leurs activités de façon plus normale le 11 mai dernier. Durant la pause du Québec, les visites et la signature de contrats devaient se faire via internet.

Selon l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ), les ventes de propriétés ont reculé de 7 % par rapport à mai 2019 dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec – qui couvre principalement les villes de Québec et de Lévis. 

Au total, ce sont 804 transactions qui ont été enregistrées le mois dernier, dont 565 pour des maisons (-3 %). 

Alors que le prix médian des unifamiliales est demeuré stable à 267 450 $, celui des copropriétés a décliné de 5 % pour s’établir 183 000 $.

Les impacts du virus ont aussi influé sur le délai de vente moyen dans la RMR de Québec, qui s’est allongé de 17 jours pour une maison, et le nombre d’inscriptions résidentielles (6187) a chuté de 23 % par rapport à mai 2019.

« Le marché de la région de Québec traverse la crise sanitaire avec de bons résultats. Il en sera probablement de même lorsque les effets de la crise économique seront plus présents au cours des prochains mois », indique Julie Saucier, présidente et chef de la direction de l’APCIQ. 

Chute importante

Du côté de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, le nombre de transactions résidentielles a plongé de 41 % en mai par rapport à ce même mois en 2019. Au total, 3286 ventes ont été réalisées, dont 1926 pour des unifamiliales (-36 %). 

Il s’agit d’un deuxième mois consécutif avec une importante diminution.

« La Rive-Nord et les grands secteurs de la périphérie sud de la RMR de Montréal enregistrent un redressement significatif des transactions, tandis que Montréal et Laval semblent davantage souffrir du déconfinement plus graduel dans ces secteurs », note Mme Saucier. Malgré la COVID-19, le prix des maisons a continué de grimper à Montréal en mai. Le prix médian des unifamiliales a bondi de 9 % pour atteindre 370 000 $, tandis que celui des copropriétés a grimpé de 8 % (280 000 $.) En mai, on dénombrait 13 650 inscriptions résidentielles en vigueur dans la RMR de Montréal (-31 %).

Ventes immobilières en mai, tous secteurs confondus

  • Montréal: 2301 (-36,73 %)
  • Terrebonne: 1288 (-28,17 %)
  • Québec: 1354 (-18,14  %)
  • Chambly: 930 (-28,41 %)
  • Laval: 712 (-36,60 %)

Source : ITerram