/news/transports
Navigation

Moins d’automobilistes, mais autant de morts sur les routes

La baisse d’achalandage de 17 % n’empêche pas les conducteurs imprudents d’agir

ACCIDENT MORTEL
Photo d'archives, Agence QMI Une femme a perdu la vie après une sortie de route survenue sur le rang de la Rivière-Bayonne Nord à Berthierville, dans Lanaudière, le 6 mai dernier. Selon les premiers éléments de l’enquête, la vitesse et la fatigue auraient pu jouer un rôle.

Coup d'oeil sur cet article

La pandémie n’a pas freiné les ardeurs des automobilistes imprudents puisqu’on enregistre autant de décès depuis le début de l’année sur les routes du Québec que l’an dernier, malgré une baisse majeure de l’achalandage. 

En date du 1er juin, la Sûreté du Québec (SQ) avait recensé 56 collisions mortelles en cinq mois, soit une seule de moins qu’à pareille date en 2019. 

« Du 1er janvier au 1er juin, on a remarqué qu’en ce qui concerne les collisions mortelles, le portrait est pratiquement identique à celui réalisé l’an passé à pareille date. Par contre, l’achalandage sur le réseau routier était beaucoup moins important que l’an dernier », s’inquiète la sergente spécialiste en sécurité routière à la SQ, Joyce Kemp.

Ce bilan est d’autant plus surprenant que les données du corps de police provincial montrent qu’il y a eu une baisse d’achalandage de 17 % sur les routes qu’elle dessert durant cette période, soit 12 millions d’automobilistes en moins, en raison de la COVID-19. 

La vitesse continue d’être l’une des principales causes de collision dans la province, et le contexte de confinement n’aura pas freiné les attitudes dangereuses au volant. 

Comportements à risque

« L’achalandage réduit a contribué à l’adoption de comportements à risque pour certains conducteurs, notamment les excès de vitesse », indique Mme Kemp. 

La SQ enregistre seulement une baisse d’environ 5 % du nombre de constats d’infraction d’excès de vitesse. Dans les dernières semaines, plusieurs automobilistes ont d’ailleurs été épinglés par la police pour leurs comportements téméraires. 

Dans les Laurentides, quatre chauffards ont été arrêtés le même jour, pris à rouler à plus de 140 km/h dans une zone de 90 km/h. 

Un motocycliste a quant à lui été appréhendé alors qu’il roulait à 195 km/h sur l’autoroute Henri-IV, vers Québec.

Avec le déconfinement progressif de la province, de plus en plus d’usagers reviennent sur les routes, sans compter les piétons, cyclistes et motocyclistes. 

« Il y a aussi les activités reliées à l’industrie de la construction qui ont repris. Donc il faut s’attendre à voir les travailleurs sur les chantiers, les signaleurs. Pour assurer la sécurité de l’ensemble de ces usagers, il faut réduire sa vitesse », martèle la sergente Kemp.

Nouvelle campagne

Pour pallier le problème, la SQ et l’ensemble des corps policiers du Québec, de concert avec la Société de l’assurance automobile du Québec ainsi que les contrôleurs routiers lancent aujourd’hui l’opération « Je ralentis. Je sauve des vies ».

Jusqu’au 11 juin, ils interviendront intensivement auprès des automobilistes en ciblant particulièrement la conduite et la vitesse imprudentes.