/investigations/health
Navigation

Des liens étroits entre la Coalition et le ministère de la Santé

Coup d'oeil sur cet article

La Coalition québécoise pour le contrôle du tabac maintient des liens étroits avec des fonctionnaires du ministère de la Santé et des Services sociaux.

• À lire aussi: Mystérieuses indemnités pour un lobby

Une série de courriels obtenus par notre Bureau d’enquête démontre les relations étroites entre les deux dirigeantes de la Coalition québécoise pour le contrôle du tabac et des fonctionnaires du ministère de la Santé, principalement à la santé publique. 

Elle a tissé des liens particuliers avec Anne-Marie Lalonde, conseillère en législation sur le tabagisme au MSSS, André Marchand et Marie-Christine Veilleux, coordonnateurs de la lutte contre le tabagisme du MSSS. 

Ces fonctionnaires leur demandent fréquemment des avis particuliers. Ils rencontrent aussi les dirigeantes de la coalition antitabac afin de coordonner certains messages.

Pression politique 

En parallèle, la Coalition agit à titre de lobby auprès des élus. Elle fait de la pression politique ainsi que des campagnes publiques pour convaincre le gouvernement du Québec de réglementer l’industrie du tabac.

Selon des courriels, elle plaide directement auprès de la ministre de la Santé, Danielle McCann, et du ministre des Finances, Eric Girard, pour l’augmentation des taxes sur le tabac, l’interdiction de produits, l’augmentation des budgets de lutte contre le tabac et l’institution de mesures de contrôle de la contrebande. 

Sans but lucratif

Comme il s’agit d’un organisme sans but lucratif, elle n’a pas à s’inscrire au registre des lobbyistes pour faire des récriminations politiques. 

Dans un autre courriel, les dirigeantes Flory Doucas et Heidi Rathjen encouragent même des organismes publics, incluant le MSSS, à ne pas répondre aux demandes d’accès à l’information concernant la Coalition.

Elles y proposent même des astuces afin d’expliquer le refus d’une demande.