/finance/business
Navigation

Le Québec inc. se réinvente: Fini les aires ouvertes, le «cubicule» est de retour

Pour des entreprises, le succès du déconfinement dépendra des cloisons de Happening

Pascal Desharnais, président de Happening Atelier Événementiel
Photo Ben Pelosse Fabriquées au Québec, les cloisons modernes et écologiques de Happening peuvent être adaptées à toutes sortes de situations, du bureau aux restaurants en passant par l’événementiel et la santé, explique le président de Happening, Pascal Desharnais.

Coup d'oeil sur cet article

Révérés par certains, détestés par d’autres, les espaces de travail à aire ouverte ont été relégués aux oubliettes par la COVID-19.  Une occasion d’affaires pour Happening, jusqu’ici spécialisée en événementiel.

• À lire aussi: Québec inc. : des entrepreneurs qui se retroussent les manches

Il y a trois mois, Pascal Desharnais et son équipe planifiaient le plus important colloque de l’histoire de leur entreprise, qui devait rassembler près de 1500 congressistes américains à la fin de l’été.

Puis vint la COVID-19, annulant tout sur son passage, dont ce sommet et la plupart des autres événements sur lesquels ses collaborateurs et lui travaillaient.

« On s’enlignait vraiment sur une année phénoménale pour nos affaires. Mais au lieu de s’apitoyer sur notre sort, on s’est retroussé les manches. On s’est rappelé que le cœur de notre expertise, c’était la création d’environnements. Et de là a germé l’idée des panneaux [Dé]Cloisons », explique-t-il.

Alors que les mesures de sécurité à suivre évoluent de semaine en semaine et qu’une deuxième vague de la pandémie est à prévoir à l’automne, Happening a conçu un système de cloisons fabriquées au Québec, modifiable et adaptable à une multitude d’espaces et de situations, du centre commercial aux fêtes extérieures, en passant par les musées... et les espaces de travail. 

Composés d’une base en aluminium, et d’écrans de bois, d’acrylique, de métal ou de plastique recyclé, ils sont modulables et peuvent être nettoyés avec des produits ménagers habituels.

Terminé, le grand espace bondé

Serait-ce le grand retour du « cubicule » ? « Absolument », lance le président de Happening.

Selon une étude réalisée avant la crise par Espace iQ, qui offre des espaces de coworking dans plusieurs villes canadiennes, près de 60 % des Canadiens jugent que les distractions en milieu de travail leur font perdre jusqu’à deux heures de productivité par jour.

Pour 58 % des répondants québécois, les espaces de travail partagés mais bruyants étaient le principal coupable.

« C’est clairement la fin des espaces à aire ouverte. Il y aura toujours des espaces partagés, parce qu’avec l’augmentation du télétravail nous serons moins à avoir besoin d’un bureau qui nous est attitré. Mais le grand espace ouvert bondé, c’est fini », dit M. Desharnais.

Plus que du plexiglas

Tant qu’à concevoir un nouveau produit, son équipe et lui ont voulu s’assurer qu’il était pleinement adaptable et aussi écologique que possible. Et joli. On est bien loin des vieilles cloisons recouvertes de tissus beige ou grisâtre...

« L’objectif, c’est de conserver l’aspect esthétique des lieux, tout en offrant une protection physique contre le virus. Au début, tout le monde est arrivé avec du plexiglas, et c’est correct. Mais ce n’est pas durable, ce n’est pas vraiment accueillant non plus, et ça va créer des déchets de façon importante. Nous, on voulait faire mieux que ça. » 

Aspect écologique

Parmi les qualités essentielles recherchées par Happening pour ses nouvelles cloisons figurait l’aspect écologique.

Ainsi, au lieu du plexiglas difficile, voire impossible à recycler dans les installations québécoises, l’entreprise propose un composite de plastique granulé recyclé fabriqué à même ses installations du quartier Saint-Michel, à Montréal.

De plus, la plupart des diverses composantes employées pour fabriquer les panneaux proviennent de sources locales et sont recyclées et recyclables. Et comme les panneaux peuvent être loués, désinfectés et loués de nouveau, on espère réduire le gaspillage.

C’est sans compter le fait que plusieurs modèles de cloisons permettent qu’on y installe un bac à plantes, idéal pour les installations extérieures... ou pour verdir un bureau.  

Fabriqué au Québec

Toujours dans l’optique d’en faire un produit vert, mais aussi dans l’espoir de séduire les entreprises à la recherche de produits locaux et pour mieux en contrôler la chaîne d’approvisionnement dans le contexte de la crise, Pascal Desharnais et son équipe ont pris la décision de fabriquer les panneaux entièrement dans le quartier Saint-Michel.

« En achetant nos panneaux protecteurs, vous encouragez une PME québécoise et fournissez du travail à des gens d’ici », rappelle la compagnie sur son site web. 

Comme Happening propose plusieurs configurations, les prix varient d’un modèle à l’autre.

Les panneaux sont offerts autant en vente qu’en location. Un panneau de 1 m sur 2 m se vend à partir de 375 $, et se loue 60 $ par mois. 

Polyvalent

Intérieur, extérieur, bureaux, centres commerciaux, hôpitaux, congrès... les parois de Happening peuvent être utilisées dans n’importe quel contexte. Ce qui est très pratique lorsque les mesures sanitaires à suivre évoluent de semaine en semaine.

« Mobiles, les panneaux peuvent facilement être réarrangés afin de créer différentes configurations pour les tables de restaurants, les bureaux ou les couloirs de circulation. Les panneaux protecteurs se désinfectent facilement avec des produits ménagers standard », souligne Happening.

On peut aussi en personnaliser les dimensions, les couleurs, les matériaux, y mettre des tablettes, des paniers à fleurs ou de la signalisation.

Après la crise sanitaire, l’entreprise espère que ces cloisons pourront lui être utiles lors de la tenue d’événements corporatifs, de congrès et autres sommets, son champ d’activité principal. 

Happening Atelier Événementiel

  • Fondation : 2003
  • Secteur d’activités : Offre une gamme complète de services en événementiel, de la planification de gala et de congrès à la location de mobilier, au Québec et en Ontario.
  • Chiffre d’affaires : 3 millions $ (en 2019)
  • Nombre d’employés : 16 dont 14 à Montréal
  • Une usine à Montréal