/sports/hockey
Navigation

LNH: les candidats au trophée Calder en 2021

Alexis Lafrenière
Photo Martin Chevalier Alexis Lafrenière

Coup d'oeil sur cet article

Et si on se prononçait sur les candidats au trophée Calder en 2020-2021 au mois de... juin?

On ne sait toujours pas qui de Quinn Hughes ou de Cale Makar sera l'élu cette année, mais rien ne nous empêche de nous intéresser à la prochaine course. Les espoirs admissibles au prochain repêchage ont tous terminé leur saison en raison de la pandémie, et le calendrier régulier est officiellement complété dans la Ligue nationale de hockey (LNH). Nous savons donc quels joueurs ayant évolué dans le circuit Bettman en 2019-2020 conserveront leur statut de recrue.

Rappelons que, pour être considéré comme une recrue, un joueur ne doit pas avoir disputé plus de 25 matchs dans la LNH et ne doit pas avoir pris part à six rencontres lors de chacune des deux saisons précédentes. Il doit aussi être âgé de moins de 26 ans le 15 septembre.

Voici 14 candidats que le TVASports.ca a identifiés.

Alexis Lafrenière

C’est le choix logique. Lafrenière est le joueur le plus talentueux de sa cuvée, mais il est probablement aussi le plus complet. Dans chaque facette, le Québécois est nettement au-dessus de la moyenne.

De plus, il affectionne le jeu robuste. L’entraîneur-chef qui héritera de Lafrenière ne se gênera pas pour l’utiliser à profusion.

Quinton Byfield

Physiquement, ce colosse de 6 pi 4 po et 215 lb doté d’un excellent coup de patin est mûr pour la LNH. Le seul point d’interrogation est son sens du hockey, qui ne fait pas l’unanimité chez les recruteurs.

Byfield possède une combinaison d’habiletés individuelles et de qualités athlétiques alléchantes qui ont incité des comparaisons avec Evgeni Malkin. Il pourrait devenir le premier attaquant de puissance à remporter le Calder depuis Gabriel Landeskog en 2012.

Tim Stuetzle

Stuetzle a déjà prouvé qu’il pouvait se faire justice contre des adultes, lui qui a récolté près d’un point par match dans la DEL, la meilleure ligue de hockey professionnel en Allemagne.

Le calibre n’est pas comparable à celui de la LNH, bien entendu, mais Stuetzle n’en demeure pas moins un magicien avec la rondelle, si bien que certains recruteurs jugent que son talent brut est plus élevé que celui de Lafrenière.

Jake Sanderson

On raconte que ce défenseur au coup de patin extrêmement fluide est pratiquement impossible à déjouer, lui qui excelle dans l’art d’étouffer les joueurs adverses en réduisant leur temps et leur espace.

D'ailleurs, selon ce qui circule dans les coulisses de la LNH, Sanderson se retrouve dans le top 5 de plusieurs équipes en prévision du repêchage.

L’entraîneur-chef de l’équipe nationale américaine des moins de 18 ans, Seth Appert, estime même qu’il pourrait devenir le meilleur joueur de sa cohorte dans quelques années. Appert compare Sanderson à Miro Heiskanen, qui est déjà le général à la ligne bleue des Stars de Dallas, et ce, à l’âge de 20 ans.

Jamie Drysdale

On voit rarement un arrière tirer son épingle du jeu avec Équipe Canada junior à son «année de 17 ans». Pourtant, Drysdale a relevé le défi avec brio. Sa compréhension du jeu est très élevée. Mobile dans toutes les directions, il se sort facilement d’impasse.

Bien que moins costaud et solide dans son territoire, Drysdale est plus doué offensivement que Sanderson. Il pourrait sans doute déjà agir comme le quart-arrière d’un avantage numérique dans la LNH.

Bowen Byram, Avalanche du Colorado

Un défenseur solide dans tous les aspects du jeu, Byram pourrait s’acclimater assez rapidement aux rigueurs de la meilleure ligue au monde.

Si Ryan Graves ne poursuit pas là où il a laissé, il y a une ouverture pour lui à Denver.

Kirill Kaprizov, Wild du Minnesota

Avant d’être élu directeur général adjoint de l’Avangard d'Omsk dans la Ligue continentale de hockey (KHL), Igor Eronko était le journaliste le plus influent dans les cercles du hockey russe.

Et Eronko avait confié au TVASports.ca au mois de mai qu’il s’attendait à voir Kaprizov récolter une soixantaine de points à sa première saison avec le Wild, notant qu’il est capable de produire avec n’importe quel type de compagnon de trio.

Igor Shesterkin, Rangers de New York

Le gardien moscovite a fait un tabac en 2019-2020, compilant une fiche de 10-2-0 et un taux d’efficacité de ,932 à ses débuts dans la LNH.

Henrik Lundqvist a 38 ans. Le vétéran pourrait-il se contenter d'un rôle de réserviste afin de céder les rênes à son héritier?

Ilya Sorokin, Islanders de New York

Les Islanders font des pieds et des mains pour l’amener le plus rapidement possible en Amérique du Nord. On ne sait toujours pas, cependant, si la LNH l’autorisera à jouer lors du tournoi éliminatoire de 2020.

Sorokin n’a plus rien à prouver dans la KHL, où il a affiché un taux d’efficacité supérieur à ,930 lors des trois dernières saisons avec le CSKA de Moscou.

Trevor Zegras, Ducks d'Anaheim

L’attaquant américain a épaté la galerie avec ses passes lumineuses au dernier Championnat mondial junior. Sa vision du jeu et sa créativité, deux qualités difficiles à enseigner, sont époustouflantes.

L’attaque des Ducks manque cruellement de mordant. Dans ces circonstances, on pourrait voir Dallas Eakins confier d’importantes responsabilités à Zegras pour obtenir un électrochoc.

Barrett Hayton, Coyotes de l'Arizona

Sa sélection au cinquième rang en 2018, une énorme surprise à l’époque, ne semble plus si farfelue.

Hayton est un attaquant complet possédant un excellent tir et jouant à un tempo élevé. Il a aussi l’avantage d’avoir déjà disputé 20 rencontres dans la LNH.

Gabriel Vilardi, Kings de Los Angeles

Après avoir été miné par de sérieux problèmes au dos, Vilardi est revenu en force et ses premiers matchs dans la LNH ont été très encourageants.

L’attaque anémique des Kings peut difficilement cracher sur un joueur aussi créatif.

Dylan Cozens, Sabres de Buffalo

Cozens a amassé 85 points en seulement 51 matchs dans la Ligue de l’Ouest la saison dernière. Il est grand temps pour ce gros joueur de centre de faire le saut chez les professionnels.

L’entraîneur-chef des Sabres, Ralph Krueger, a fait une place importante dans sa formation à la recrue Victor Olofsson en 2019-2020. Voyons voir si Cozens peut rapidement gagner sa confiance.

Owen Tippett, Panthers de la Floride

Tippett peut changer le cours d'un match avec ses habiletés offensives. Il a été excellent à sa première saison chez les professionnels, amassant 40 points, dont 19 buts, en 46 matchs, bon pour le premier rang au sein du club-école des Panthers dans la Ligue américaine.

En plus de posséder un tir des ligues majeures, le rouquin peut fabriquer des jeux.