/news/coronavirus
Navigation

La gymnastique permise en Ontario, mais pas au Québec

Coup d'oeil sur cet article

Privés de leur sport, de nombreux jeunes ont dû prendre leur mal en patience pendant le confinement, mais le redémarrage de plusieurs activités se fait toujours attendre. 

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: Les mesures de confinement ont évité 3 millions de morts dans 11 pays européens

• À lire aussi: La tendance générale au déconfinement se confirme

Si les sports d’équipe peuvent reprendre dès aujourd’hui sous certaines conditions, les gymnastes québécoises ne peuvent toujours pas se remettre à l’entraînement. Comme pour le plongeon, ou le patinage artistique, l’échéancier n’est pas connu. 

L’organisme Gymnastique Québec, qui chapeaute les clubs de la province, juge que la relance des activités est «primordiale», encore plus dans le contexte actuel «afin de préserver les effets positifs et les bienfaits inestimables que peut apporter la gymnastique, particulièrement en ces temps de pandémie.»

On craint que les athlètes perdent leur niveau et décrochent littéralement de leur sport. 

«Le sport est essentiel pour le bien-être des jeunes et aide également à réduire le stress, l’anxiété et les symptômes de dépression», fait savoir l’organisation qui commence à s’impatienter. 

Gymnastique Québec a en effet revu et adapté les plans d’entraînement et les horaires. Un processus de désinfection des appareils a également été mis en place. 

Certains athlètes québécois qui refusent d’attendre ont fait le choix d’aller s’entraîner en Ontario, puisqu’on le permet là-bas. 

Athlète de haut niveau  

Luc Therrien est père de Virginie, une gymnaste de haut niveau. Il déplore le fait qu’il n’y a pas d’endroit qui permettrait à sa fille de s’entraîner. 

«On entend qu’au Québec on a fait le choix d’y aller avec l’école à la place de certains sports par rapport à d’autres provinces qui ont ouvert plutôt du côté des sports. À Montréal, il n’y a pas de sports, et pas de lieu intérieur pour s’entraîner. Ma fille passe six heures par jour avec l’école devant un écran!», déplore M. Therrien en entrevue à TVA Nouvelles. 

Sa fille, Virginie, comme des milliers de gymnastes québécoises, trépigne d’impatience. 

«Quand on a su que ça allait fermer, les entraîneurs nous ont donné des poutres et des tapis pour ne pas qu’on perde tout. Chaque après-midi, on se rencontre tout le groupe sur Zoom et on fait comme un entraînement virtuel avec des poids, des rouleaux. On se maintient en forme», explique la jeune athlète. 

L’entraînement à la maison a toutefois ses limites. 

Par ailleurs, une pétition qui demande la réouverture des milieux sportifs intérieurs et extérieurs au Québec a recueilli près de 12 000 signatures en date de lundi. 

Pour consulter la pétition cliquez ici.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres