/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Race de monde

ART - VISIONNEMENT D'UNE NOUVELLE TÉLÉ-SÉRIE
Photo d’archives, Martin Alarie Didier Lucien, porte-parole de la Fête nationale du Québec 2020.

Coup d'oeil sur cet article

Quand je vois Normand Brathwaite dans une pub de lait ou à Belle et Bum je ne me dis jamais : « Tiens, mon ami noir travaille très fort ».

Quand je vois Pierre-Yves Lord à Deux hommes en or, je ne me dis jamais : « Tiens un sacré bon animateur noir ».

Quand je lis une chronique de Boucar Diouf ou que je le vois à la télé, je ne pense jamais à lui comme un chroniqueur noir.

Quand j’entends Maka Kotto à Qub Radio, je ne me dis jamais : « Tiens un sympathique animateur noir ».

Quand je vois Gregory Charles à la télé, ou dans une pub pour le Casino, je ne me dis jamais : « Tiens un sacré pianiste noir ».

Quand je vais magasiner sur Picoum.com, qui appartient à Isabelle Racicot, je ne me dis jamais : « Tiens, je suis sur un site transactionnel qui appartient à une animatrice noire ».

• À lire aussi: Le droit au silence

LA COULEUR DU TEMPS

Quand je vois une annonce pour la Banque Nationale avec Isabelle Racicot, je ne me dis jamais : « Tiens, une porte-parole noire ».

Quand je regarde une émission animée par Noémi Mercier, ou que j’écoute une chronique de Noémi Mercier, ou que je lis un texte de Noémi Mercier, je ne me dis jamais : « Tiens, je ne suis pas du tout d’accord avec cette journaliste noire ».

Quand je vois la fofolle Varda Étienne se mettre en scène sur les médias sociaux, je ne me dis jamais : « Tiens, ma copine noire fait encore preuve d’autodérision ».

Quand j’écoute une toune de Yama Laurent, la gagnante de La Voix 2018, je ne me dis jamais : « Cette artiste noire a une voix absolument bouleversante ».

Quand je vais faire un tour sur le site des produits de maquillage Varda, je ne me dis pas : « Tiens, je suis en train d’encourager une entreprise appartenant à une Noire ».

Quand je vois Anthony Kavanagh faire une pub de fromages ou faire un numéro d’humour, je ne me dis jamais : « Tiens, un Noir dans ma télé ».

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Quand j’entends Mélissa Bédard chanter du Ferland ou jouer dans M’entends-tu (que Netflix distribue dans 190 pays et dans 30 langues), je ne me dis jamais : « Wow, elle a donc tous les talents cette artiste noire ».

À l’AVEUGLE

Je suis avec tous ces artistes comme un coach de La Voix : je juge à l’aveugle. On me dit aujourd’hui que ce n’est pas bien. Qu’il faut au contraire que je définisse tous ces gens talentueux non pas comme des Québécois tout court mais comme des Québécois d’une couleur de peau différente de la mienne.

Quand j’ai su que Didier Lucien était le porte-parole de La fête nationale cette année, j’ai trouvé que c’était une super bonne idée. Pas parce qu’il est noir. Parce que ce comédien me fait toujours crouler de rire, comme dans la série Léo, par exemple.

Didier Lucien a refusé de parler des événements qui secouent l’Amérique dans les entrevues qu’il donne au sujet de la fête nationale. Il a raison.

C’est comme Québécois tout court qu’il a été choisi comme porte-parole.

Par des gens qui ne regardent pas la couleur de ta peau.