/news/health
Navigation

L'hôpital Maisonneuve-Rosemont dans un piètre état

Coup d'oeil sur cet article

La canicule d'il y a deux semaines a mis en lumière la vétusté de plusieurs établissements, dont l’hôpital Maisonneuve-Rosemont, à Montréal, où la chaleur était alors insupportable.  

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

• À lire aussi: Un hommage à des militaires dépêchés en CHSLD

• À lire aussi: Deux survivantes de la COVID-19 témoignent

Des travaux temporaires en cours à cet endroit relancent l'idée de moderniser, voire reconstruire cet établissement, dont on a même déjà envisagé la démolition.

Le chef du service de soins intensifs à Maisonneuve-Rosemont lance un cri du coeur. Son hôpital est l'un des plus vétustes au Québec. Le projet de rénovation attendu depuis des années ne peut plus attendre encore très longtemps.

«N'importe qui qui regarde ça se rend compte que ça ne sera pas là dans 10 ans, ça ne tiendra pas pendant 10 ans. On a déposé ça en janvier, sur le bureau du ministre, et à partir de là, ça devait revenir en février pour qu'on passe aux prochaines étapes. Et là, c'est silence radio depuis ce temps-là», explique le Dr François Marquis. 

Le président du Conseil du trésor affirme que la demande doit venir du ministère de la Santé. Au cabinet de la ministre de la Santé, on répond que le projet est inscrit au Plan québécois des infrastructures et qu’il demeure une priorité. 

La crise de la COVID est venue exacerber des problématiques déjà bien connues, dont l'absence de climatisation.

«Être assis, en temps normal, à écrire dans un dossier, moi, j'ai la chemise qui me colle au corps. Donc, imaginez, vous êtes un patient, vous êtes fiévreux, parce que la COVID, ça donne de la fièvre, vous avez déjà des difficultés à respirer, bien là, vous étouffez!», ajoute le Dr Marquis. 

Lundi, des travaux temporaires ont été entrepris pour améliorer l'aération et ajouter de la climatisation dans le bâtiment principal aux coûts de 211 000$. 

La climatisation devra être installée d'ici quelques jours, en vue de la prochaine canicule.