/finance/business
Navigation

Barrette et Les Trois Tilleuls, c’est fini

«Occupez-vous de ceux qui sont encore ouverts», implore Michel Barrette pour éviter l’hécatombe

Michel Barrette
Photo d’archives Michel Barrette et son associé, David Sepulchre, en des temps plus heureux.

Coup d'oeil sur cet article

L’humoriste et animateur Michel Barrette a confirmé mardi la fermeture des Trois Tilleuls, et du même coup la fin de son aventure entrepreneuriale dans l’établissement de Saint-Marc-sur-Richelieu. 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

« Je ne vois pas la lumière au bout du tunnel, confie-t-il au Journal. Et je n’entends pas non plus de messages des autorités que l’on pourra reprendre nos activités de sitôt. On se retrouve devant un mur. Compte tenu de la situation, je préfère passer à autre chose. »

Mardi, la trentaine d’employés de l’établissement de renom a été informée de la situation. Cinquante ans après sa fondation, ses propriétaires mettent la clef sous la porte et ne prévoient pas de réouverture dans sa forme actuelle à court ou moyen terme. 

Michel Barrette
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean

Frappé trois fois

Les Trois Tilleuls regroupait un restaurant, un hôtel et une salle de spectacle, trois secteurs d’activité durement frappés par la COVID-19. 

« On ne peut pas ouvrir que le restaurant. Ou encore l’hôtel, sans les spectacles. Pour que tout fonctionne sur le plan financier, les trois doivent fonctionner. »

Devant l’impasse, l’humoriste affirme avoir cédé à son associé, David Sepulchre, la participation de 50 % qu’il détenait dans l’entreprise depuis 2014. 

« Quand je dis céder, je dis céder, précise-t-il. Je n’ai pas vendu ou fait d’argent avec ça. »

Contrairement à plusieurs établissements en difficulté depuis le début de la pandémie, Michel Barrette affirme que l’entreprise s’en tirera sans recourir à la protection des tribunaux. Il exclut aussi l’existence d’une dispute entre associés pour expliquer son retrait. 

« Écoutez, j’ai 63 ans. Les choses vont prendre du temps et beaucoup d’investissements. À mon âge, je ne veux pas me mettre à mal dormir pendant des années. Un autre plus jeune le ferait peut-être, mais pas moi. »

Message à Québec

Soutenant ne pas être à plaindre, l’humoriste dit surtout s’inquiéter pour les employés remerciés. 

« Quand tu perds ton emploi en hôtellerie, tu vas travailler où ? Tout est fermé ! »

Il a aussi une pensée pour les hôteliers qui, comme Christiane Germain, continuent de se battre pour leur survie. Au gouvernement, il demande de prêter attention à « ceux qui sont encore ouverts. Nous avons été les premiers à fermer. Mais si ça dure, nous ne serons certainement pas les derniers. »

  • ÉCOUTEZ l'entrevue complète, ici :