/news/currentevents
Navigation

Presque 1 million $ en plexiglas

Les palais de justice ont pris les grands moyens pour protéger les intervenants des projections de gouttelettes

De nouvelles mesures sanitaires ont été installées dans les palais de justice, dont celle-ci, à Québec, avec des panneaux de plexiglas pour protéger le juge, les avocats et les greffiers des projections de gouttelettes quand un intervenant parle à la cour.
Photo Jean-François Desgagnés De nouvelles mesures sanitaires ont été installées dans les palais de justice, dont celle-ci, à Québec, avec des panneaux de plexiglas pour protéger le juge, les avocats et les greffiers des projections de gouttelettes quand un intervenant parle à la cour.

Coup d'oeil sur cet article

Protéger les intervenants judiciaires des projections de gouttelettes en installant des panneaux de plexiglas dans les palais de justice du Québec a coûté 878 000 $.

« Les achats découlent des mesures de sécurité prises dans le contexte de la pandémie de la COVID-19 », est-il expliqué dans le document obtenu en vertu de la Loi sur l’accès à l’information.

Depuis la reprise graduelle des activités judiciaires, de nombreuses mesures ont été adoptées afin de respecter les consignes de la santé publique. Le palais de justice de Montréal a d’ailleurs pris des airs de jeu d’évasion avec des tracés au sol, des sens uniques ou encore des culs-de-sac.

Devant chaque comptoir, des panneaux de plexiglas ont été installés afin de protéger le personnel des projections de gouttelettes, étant donné qu’il y a des interactions fréquentes avec le public à moins de deux mètres.

150 505 $ À Longueuil

Les salles d’audience ont également été équipées de grands panneaux, afin d’éviter les projections entre les greffiers, les avocats et le juge.

Mais si le ministère de la Justice a réussi à s’adapter en quelques semaines seulement, il a dû délier les cordons de la bourse.

Seulement au palais de justice de Montréal, l’équipement a coûté 129 845 $. 

Longueuil remporte la palme avec des frais de 150 505 $, bien qu’il soit beaucoup plus petit. 

Saint-Jérôme arrive troisième avec un montant total de 123 344 $. À Québec, les frais se sont élevés à 38 144 $.

Un peu « trop »

Pour plusieurs intervenants du système de justice qui ont accepté de commenter sous le couvert de l’anonymat, le ministère y a été « un peu fort » en en faisant « trop ». 

Car si certains panneaux sont nécessaires, par exemple celui qui sépare une greffière d’un témoin en salle d’audience, d’autres le seraient moins.

« On ne va pas me faire croire que ça protège les avocats, alors qu’il y a du roulement dans la salle et qu’on s’assied tour à tour sur le même bureau sans être désinfecté », a dit l’un d’eux.

Sentiment de sécurité

Une avocate de la défense a quant à elle estimé qu’une partie de l’argent aurait dû être mis ailleurs, notamment pour améliorer la protection des détenus.

« Si ça donne un sentiment de sécurité à ceux qui sont plus craintifs et que la justice peut ainsi mieux rouler, alors tant mieux, on ne veut pas que quelqu’un tombe malade », a toutefois rétorqué un autre avocat, expliquant qu’il s’agissait du prix à payer en raison de la pandémie.