/24m/urbanlife
Navigation

Un conseil pour veiller aux intérêts de la vie nocturne montréalaise

Un conseil pour veiller aux intérêts de la vie nocturne montréalaise
MARIO BEAUREGARD/AGENCEQMI

Coup d'oeil sur cet article

Un conseil composé de différents acteurs du milieu culturel nocturne de Montréal a vu le jour mardi.

L’organisme à but non lucratif MTL 24/24 est derrière la création de ce Conseil de nuit.

«C’est l’aboutissement de deux ans de travail et de réflexion sur la meilleure façon d’organiser politiquement le milieu culturel nocturne. Nous sommes excités de nous lancer dans cette aventure avec douze membres qualifiés et branchés sur les besoins du milieu», a déclaré Mathieu Grondin, directeur général de l’organisme.

Des représentants de clubs, de salles de spectacle et de festivals, tels que le cofondateur du Ausgang Plaza, Malick Touré, le coordonnateur à la programmation du Quartier des spectacles, Mokrane Ouzane et le consultant créatif et DJ Christian Pronovost, composent entre autres ce nouvel organe de gouvernance.

«Le Conseil de nuit de MTL 24/24 est un outil pour combattre la stigmatisation des activités nocturnes par les autorités publiques et veiller au développement de sa culture. Avec l’arrêt des activités culturelles à cause de la COVID-19, son apport sera d’autant plus essentiel», a souligné Vincent Lemieux, programmateur au festival MUTEK, qui sera aussi membre du conseil.

«Ce type d’initiative de gouvernance nocturne, on en a vu éclore partout à travers le monde depuis 20 ans. Montréal se met enfin au diapason des autres métropoles en se dotant d’une infrastructure permettant d’administrer et développer la vie nocturne», a renchéri Monique Savoie, fondatrice de la Société des arts technologiques (SAT).

Des membres de divers organismes et institutions composent aussi ce Conseil de nuit. On y retrouve entre autres Julie-Soleil Meeson, responsable à l’Association des intervenants en dépendance du Québec, Patrick White, professeur à l’École de journalisme de l’UQAM et Jhessica Reia, chercheuse au Centre de recherche interdisciplinaire en études montréalaises.

«Je suis très fier d’avoir été retenu pour travailler sur le Conseil. J’espère pouvoir mettre mon expérience en participation citoyenne au profit de la vie nocturne de Montréal», a fait savoir Sami Ghzala, chargé de projet à l’Institut du Nouveau Monde.