/24m/city
Navigation

Y a-t-il trop de policiers à Montréal?

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Selon un conseiller municipal, il y a trop de policiers à Montréal, comparativement à d’autres villes canadiennes, ce qui coûte cher à la Ville. 

«En décembre 2017, la moyenne canadienne était de 188 agents de police par tranche de 100 000 personnes. Montréal emploie 228 agents par tranche de 100 000 personnes, soit 40 de plus que la moyenne», a fait remarquer Marvin Rotrand, conseiller de Snowdon. «Nous employons 780 agents de plus que nécessaire.»

Selon le conseiller indépendant, ce ratio plus élevé a des coûts, qu’il chiffre à 75 M$ par an, et ce, sans nécessairement rendre la ville plus sûre, dit-il.

«Si nous ne pouvons nous permettre financièrement de conserver des postes de police communautaire comme celui de Notre-Dame-de-Grâce, la Commission de la sécurité publique devrait peut-être se demander si nous employons plus d’agents de police que nécessaire pour assurer la sécurité de nos citoyens», suggère M. Rotrand.

L’élu propose un gel de l’embauche d’agents de police, ainsi qu’une réduction de leur nombre par attrition.

Les économies potentielles pourraient financer plus de postes de quartiers, des programmes de prévention du crime, ou encore des caméras portatives, illustre-t-il, ajoutant qu'il faut un débat public.

Pour M. Rotrand, le temps est opportun pour entreprendre une réflexion collective sur le type de police que l'on veut à Montréal. Il prône, pour sa part, une approche plus communautaire.