/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Quelle prolongation pour la mission de l'armée en CHSLD?

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Le gouvernement Trudeau n’était toujours par parvenu à s’entendre avec Québec sur une prolongation jusqu’à la mi-septembre de la mission de l’armée en CHSLD, mercredi, mais a tenu à assurer que les militaires ne plieront pas bagage dès la date butoir de vendredi si un accord n’est pas trouvé.

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

• À lire aussi: Plus de 97 000 cas au pays

«Il n’a jamais été considéré d’abandonner les aînés au Québec», a martelé le président du Conseil du Trésor, Jean-Yves Duclos.

La mission des Forces armées canadiennes (FAC) en soutien à des CHSLD du Grand Montréal durement touchés par la COVID-19 vient à échéance vendredi et le gouvernement Legault demande une prolongation depuis plusieurs semaines jusqu’au 15 septembre.

Ottawa et Québec n’avaient toutefois toujours pas trouvé une formule sur laquelle ils s’entendent pour la suite des choses, mercredi en début de soirée.

Pourtant, le ministre fédéral de la Sécurité publique, Bill Blair, a indiqué aux Communes que certains militaires resteraient présents jusqu’à la date demandée.

«Nous avons pris un engagement avec le Québec de continuer à fournir ce soutien jusqu’à la mi-septembre exactement comme ils l’ont demandé», a-t-il dit lorsque le député bloquiste Alexis Brunelle-Duceppe lui a demandé ce qu’il adviendrait des soldats déployés.

«Mais nous nous assurons aussi que nous avons une solution soutenable et efficace [...], alors nous travaillons avec Québec, les FAC et la Croix-Rouge canadienne», a ajouté M. Blair sans s’avancer sur un nombre de militaires ni sur les modifications éventuelles à leur mandat.

Son bureau a ensuite corrigé le tir en précisant qu’un «soutien fédéral» prolongé serait assuré jusqu’à pareille date, mais qu’il n’était pas encore déterminé si les militaires seraient de l’équation.

Une autre source gouvernementale a toutefois signalé que, si aucune entente ne survient d’ici à vendredi, il est certain que des militaires resteront sur le terrain quelques semaines et jusqu'à ce que les choses se précisent.

Les apparentes tergiversations causées par les propos du ministre Blair ont fait bondir le chef bloquiste Yves-François Blanchet.

«Est-ce que quelqu’un peut faire preuve de leadership et donner une réponse claire et finale? On pensait qu’on l’avait, qu’un problème était réglé [...], mais là on se fait dire que non, c’est une fausse bonne nouvelle [et que] le ministre s’est enfargé dans sa langue!» a-t-il fulminé.

Au plus fort de la crise, quelque 1300 militaires épaulaient 25 CHSLD et, en date de mardi, ils étaient 933 pour 14 établissements.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.