/news/health
Navigation

Cancer généralisé: un Sherbrookois veut un encan pour partir en paix

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE | Toute la vie de Jacques Mercier est empilée dans plusieurs remises, lui qui devait vendre ses biens lors d'un encan.

À la fin de l'année 2019, l'homme de 72 ans a toutefois appris qu'il est atteint d'un cancer généralisé.

Le Sherbrookois a décidé de vendre sa fermette et il avait planifié un encan au mois d'avril, cette année.

La COVID-19 a toutefois freiné ses plans. À ce jour, les encanteurs n'ont toujours pas reçu l'autorisation de reprendre du service.

«C'est considéré comme un rassemblement», a expliqué Alain Brousseau, propriétaire des Enchères A/B.

Jacques Mercier habite maintenant dans une résidence. Son matériel, ses outils et son équipement agricole sont entreposés. Avant de partir pour son grand départ, il souhaite tout régler via un encan.

«J'ai des enfants, je veux m'en débarrasser pour eux», a-t-il dit, jeudi, en entrevue avec TVA Nouvelles.

Pour Alain Brousseau, il serait possible de tenir des encans à l'extérieur, de manière sécuritaire. Il propose de tenir un rassemblement en gardant le deux mètres de distance et en invitant les participants à porter un masque.