/investigations
Navigation

Hécatombe dans un CHSLD de Montréal: 49 décès depuis la mi-mai

On dénombre 49 décès d’aînés depuis la mi-mai à la résidence montréalaise de Notre-Dame-de-la-Merci

Notre-Dame-de-Merci
Photo d'archives, Chantal Poirier L’éclosion de coronavirus au CHSLD Notre-Dame-de-la-Merci a été virulente à partir de la mi-mai.

Coup d'oeil sur cet article

Un établissement de Montréal est devenu un foyer d’infection particulièrement sévère depuis la mi-mai, avec une cinquantaine de morts, prouvant que la pandémie dans les CHSLD est loin d’être terminée.

• À lire aussi: Quelle prolongation pour la mission de l'armée en CHSLD?

• À lire aussi: Une autre préposée décède de la COVID-19 à Montréal

• À lire aussi: Cinq autres décès dans des CHSLD de Québec

Le CHSLD Notre-Dame-de-la-Merci, dans Ahuntsic-Cartierville, est aux prises avec une vague de décès qui a fait 49 morts depuis la mi-mai, dont 42 au cours des trois dernières semaines.

Le bilan s’alourdira probablement encore, puisque l’établissement compte toujours 38 résidents atteints de la COVID-19, d’après les données du ministère de la Santé.

Depuis le début de la pandémie, ce centre de près de 400 lits a enregistré 90 morts de la COVID-19 parmi sa clientèle. Il s’agit du deuxième pire total dans les CHSLD du Québec (voir tableau).

Selon le syndicat des employés du centre, les responsables de l’établissement ont attendu trop tard avant de mettre en place des moyens pour contrôler l’éclosion importante du mois de mai.

« Ça explique pourquoi le CHSLD pourrait avoir bientôt le plus de morts dans la province », souligne Alexandre Paquet, président du Syndicat des travailleurs du CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal, auquel le centre est rattaché.

Bientôt 100 morts ?

Au rythme où vont les choses, M. Paquet craint que le CHSLD ne soit le premier au Québec à compter 100 morts. Il estime que l’établissement aurait dû procéder beaucoup plus rapidement à un dépistage systématique des employés et appliquer des mesures de protection plus sévères.

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Nord-de-l’Île-de-Montréal a indiqué que des tests systématiques de COVID-19 avaient été pratiqués sur les employés du CHSLD entre le 26 et le 28 mai.

On était alors au sommet de la vague d’éclosion du coronavirus avec 76 cas de résidents atteints de la maladie.

Mais selon M. Paquet, ce n’est qu’à ce moment que de nouvelles mesures de protection pour les employés ont été instaurées dans les parties du CHSLD sans cas de COVID-19, donc en « zone froide ».

Réaction tardive

Joint au téléphone, un résident du centre, Robert Tremblay, a expliqué que les employés ont alors commencé à revêtir lors des visites des tenues complètes de protection, comprenant masque, visière, jaquette jetable et gants. Avant, ils ne portaient que des masques et des gants, ainsi que leur tenue de travail habituelle.

« Les mesures de protection ont été très minimales depuis le début de la crise », juge-t-il.

Âgé de 60 ans, M. Tremblay est paralysé et se déplace en fauteuil roulant. Il est confiné à sa chambre depuis le début de la pandémie, le 13 mars, et ne peut recevoir de visiteur.

« Effectivement, le nombre de décès des dernières semaines au CHSLD Notre-Dame-de-la-Merci paraît impressionnant », concède la porte-parole du CIUSSS Nord-de-l’Île-de-Montréal, Séléna Champagne dans un courriel.

Cependant, le taux de décès parmi les résidents atteints n’y serait pas plus élevé que dans les autres CHSLD du secteur, soutient-elle.

Selon Mme Champagne, plusieurs facteurs expliqueraient l’éclosion du mois de mai, dont la présence de porteurs asymptomatiques chez les employés. Des résidents déjà malades depuis longtemps alourdiraient aussi le bilan des décès.

Pas nouveau

Ce n’est pas la première fois depuis le début de la pandémie que la situation de ce CHSLD attire l’attention.

Le 9 avril, le premier ministre François Legault identifiait le centre de Notre-Dame-de-la-Merci en point de presse comme l’un des six CHSLD au Québec alors en situation critique.

« On fait de gros efforts pour se concentrer là [dans les six CHSLD], parce que c’est là où ça va se jouer », avait-il déclaré.

À ce moment-là, on comptait 16 morts et 48 cas positifs dans ce centre.

État des chsld      

  • 93 avec au moins un cas actif   
  • 5 en état critique (plus de 25 % des résidents atteints)    
  • 13 sous haute surveillance (entre 15 et 25 % de cas)      

Les pires résidences depuis le début de la crise