/portemonnaie/entrepreneurship
Navigation

Une solution québécoise pour les femmes aux prises avec la perte de cheveux

Une solution québécoise pour les femmes aux prises avec la perte de cheveux
Courtoisie Sibelle

Coup d'oeil sur cet article

Le texte et le balado sur l'entreprise Sibelle sont tout juste après ces quelques mots.

La crise économique provoquée par la pandémie aura au moins eu l’heureuse conséquence de susciter un engouement pour l’achat local. Afin de soutenir ce mouvement, Porte-monnaie et QUB radio s’associent pour offrir une vitrine aux PME québécoises.

De mai à juillet, deux entreprises seront choisies chaque semaine afin de se faire connaître des consommateurs sur le site du Journal de Montréal et sur les ondes de QUB radio.

Pour ajouter votre entreprise à la liste et obtenir les détails de l’initiative #entrepreneursdici, cliquez ici!

Sibelle est une ligne d’accessoires «prêts-à-coiffer» distribuée à travers un réseau de stylistes spécialement formés pour accompagner les femmes aux prises avec la perte de leurs cheveux.  

Dans ce balado, Dominique Van Winden raconte comment les combats contre le cancer de deux de ses proches l’ont convaincue du besoin criant pour une solution abordable destinée aux femmes en chimiothérapie, mais également pour toutes celles qui subissent des pertes de cheveux. 

«On sait que lorsque cette tragédie-là nous arrive, il y a peu de solutions qui sont offertes aux femmes, explique Dominique. Il y a la perruque que tout le monde connaît, mais j’ai voulu trouver une nouvelle méthode, une nouvelle façon pour couvrir le crâne de ces femmes-là.»

Selon Dominique, une bonne perruque de cheveux naturels peut coûter près de 2000$. Sachant que les victimes de cancer ne sont pas toujours dans une situation financière enviable, la femme d’affaires a développé son produit pendant deux ans afin de le rendre efficace et à un prix raisonnable. Les produits de Sibelle coûtent de 30 à 80 dollars, environ.

«J’ai inventé un accessoire auquel il est possible d’annexer des mèches de cheveux naturelles. On peut adapter les mèches selon le style que la cliente recherche pour se rapprocher le plus près possible à ce qu’elle ressemblait avant la perte.»

Normalement, les mèches et accessoires de Sibelle ne sont disponibles qu’en salon de coiffure. Pour Dominique, elle-même propriétaire d’un salon, il est essentiel d'accompagner les consommatrices.  

«Nos produits sont en vente en salon de coiffure parce que la mèche de cheveux naturels peut être adaptée. Elles sont très longues, il faut les couper. Et on a la possibilité de les teindre, de les laver, de les friser. On vend donc en salon de coiffure pour que la femme soit conseillée et supportée.»

Dominique, qui a officiellement lancé son projet à l’automne 2019, avait bâti un réseau d’une vingtaine de salons partenaires avec des stylistes spécialement formés. 

Alors que tout se déroulait comme prévu, la pandémie a frappé. Pour Dominique, c’était un coup doublement difficile. 

«Quand on est entrepreneure, on a des défis qui arrivent tout le temps. On se dit qu'on se retrousse les manches et qu’on va y aller un jour à la fois. Mais là, ce qui me rémunère [son salon de coiffure] arrête, et ce que je voudrais qui me rémunère un jour [son projet Sibelle] arrête aussi. Ça a été difficile. Heureusement que j’avais mes enfants.» 

Dominique reste tout de même optimiste. La femme d’affaires ne compte pas abandonner et travaille même à agrandir l’offre de Sibelle avec une ligne pour enfants. 

Pour entendre son histoire au complet, écoutez le balado.

Pour en savoir plus sur Sibelle, consultez son site web.

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux