/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Festival c. manif

Coup d'oeil sur cet article

Depuis le début de la pandémie, je me gratte la tête en essayant de comprendre les messages contradictoires, ou incohérents, ou carrément absurdes qui nous sont envoyés de la part des autorités.

Tu peux boire sans manger dans un resto, mais tu ne peux pas boire sans manger dans un bar? De kessé? Scusez, pardon?

Mais dans le milieu culturel aussi, il y a eu plein de messages contradictoires. Maintenant que l’on déconfine à qui mieux mieux, le temps est venu de se poser quelques questions...

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

C’EST À N’Y RIEN COMPRENDRE

— Selon un sondage Léger publié hier, au sujet de l’intérêt des Québécois envers la culture en général et le Quartier des spectacles en particulier, on apprend que : «76 % des répondants ayant visionné des œuvres audiovisuelles en ligne durant le confinement n’ont pas l’intention de privilégier ce type de visionnement une fois qu’il sera possible de retourner en salle».

Pourquoi alors la ministre de la Culture, Nathalie Roy, pousse-t-elle les artistes à se tourner le plus possible vers le numérique?

— Dans ce même sondage, on apprend que : «Si ces prestations en ligne étaient payantes, 7 % y participeraient très probablement, 41 % assez probablement et 53 % n’auraient pas l’intention d’y participer...»

Pourquoi alors la ministre de la Culture, Nathalie Roy, pousse-t-elle les artistes à se tourner le plus possible vers le numérique... si le public n’a pas l’intention de débourser un sou pour s’y brancher?

J’ai adoré les gags d’Arnaud Soly en confinement. J’ai hurlé de rire devant les vidéos (et les déguisements maison) de Mario Tessier. Mais rien ne remplace le contact réel partagé avec un artiste en chair et en os.

— Pourquoi pouvais-je, à la réouverture des commerces, acheter des livres dans un Costco, mais pas dans une librairie?

— Pourquoi pouvais-je acheter des marteaux au Canadian Tire, mais pas emprunter un livre à la bibliothèque?

— Pourquoi puis-je aller manifester dans la rue avec 10 000 personnes contre le racisme, mais pas assister à un spectacle extérieur avec un millier de personnes?

Mardi, à la Chambre des communes, le député conservateur Pierre Paul-Hus a dit : «Vu que le premier ministre [Justin Trudeau] va dans une foule de 7000 personnes, est-ce qu’on peut penser qu’on peut reprendre les fêtes et festivals?»

La réponse de la ministre de la Santé : «Blablabla».

Le député Paul-Hus a insisté en demandant si le PM avait eu la permission de la santé publique pour aller manifester.

La ministre de la Santé lui a répondu : «On peut manifester en portant un masque et en ayant recours à la distanciation physique et en évitant de crier ou de s’exprimer afin de réduire la quantité de gouttelettes en suspension dans l’air».

Pierre Paul-Hus a conclu : «Si j’ai bien compris, le Festival d’été de Québec peut avoir lieu si les gens portent un masque et qu’ils restent tranquilles devant le spectacle. C’est bien ce que je comprends? Sept mille personnes en restant tranquilles peuvent manifester... alors les spectacles au Québec peuvent reprendre?» 

Vous ne trouvez pas que c’est une maudite bonne question?