/portemonnaie/entrepreneurship
Navigation

La Nougaterie: pour un détour sucré à l’île d’Orléans

Coup d'oeil sur cet article

Le texte et le balado sur l'entreprise La Nougaterie sont tout juste après ces quelques mots.

La crise économique provoquée par la pandémie aura au moins eu l’heureuse conséquence de susciter un engouement pour l’achat local. Afin de soutenir ce mouvement, Porte-monnaie et QUB radio s’associent pour offrir une vitrine aux PME québécoises.

De mai à juillet, deux entreprises seront choisies chaque semaine afin de se faire connaître des consommateurs sur le site du Journal de Montréal et sur les ondes de QUB radio.

Pour ajouter votre entreprise à la liste et obtenir les détails de l’initiative #entrepreneursdici, cliquez ici!

La Nougaterie est un atelier-boutique à l’île d’Orléans qui se spécialise dans le nougat, un bonbon sucré à base de miel, de noix et de blanc d’œuf.

Tombé amoureux du Québec après un voyage en 2000, le couple d’entrepreneurs formé par Caroline Marelli et Patrick Augier a travaillé d’arrache-pied pour faire découvrir cette friandise, relativement peu connue des consommateurs d’ici. 

Dans ce balado, Caroline Marelli raconte son histoire d’amour avec l’île d’Orléans et le nougat, mais aussi, elle explique comment la pandémie est venue chambouler une année 2020 qui avait pourtant bien commencé.

Pendant une dizaine d’années, le couple originaire du sud de la France, qui exploitait alors un restaurant en Martinique, venait au Québec si souvent qu’il a fini par s’y acheter un chalet. 

Quand leur aventure dans les Antilles a pris fin, Caroline et Patrick ont donc décidé de s’installer à l’île d’Orléans pour de bon.  

La femme d’affaires n’a pas perdu de temps et elle a ouvert une boutique dans le quartier Petit-Champlain de Québec. Elle y vendait surtout des produits du terroir québécois, en laissant une petite place aux produits de sa terre natale, dont le nougat. 

Réalisant qu’il était difficile de s’approvisionner chez des producteurs locaux, elle a lancé l’idée à Patrick, un chef de cuisine chevronné, de fabriquer du nougat québécois. Quelques mois plus tard, la Nougaterie était née. 

Mais il aura fallu des années pour développer l’entreprise et apprivoiser les consommateurs québécois. 

«Faire découvrir un produit que pratiquement personne ne connaît, ce n’est pas facile, raconte Caroline. C’est comme si je voulais faire découvrir le sucre à la crème à un Parisien.»

La friandise originaire de l'Afrique du Nord a finalement fait assez d’adeptes pour permettre à la PME de l’île d’Orléans de grandir. Caroline croyait même que 2020 allait être la meilleure année de la Nougaterie. 

Avant l’arrivée de la pandémie, l’entreprise comptait sur une dizaine d’employés et une boutique dans le Vieux-Québec venait tout juste d’ouvrir.

Même si on y produit et vend de la nourriture, le commerce n’a pas pu se qualifier comme service essentiel et toutes les opérations ont dû être cessées à la mi-mars. 

Mais Caroline demeure optimiste et croit que le soutien indéfectible des consommateurs québécois permettra à la Nougaterie de survivre.

Cet été, elle et Patrick comptent beaucoup sur le tourisme local pour rattraper une part du manque à gagner et garder leur projet à flot.

Vous prévoyez passer dans leur coin? Rendez-leur visite pour une pause bonbon «santé»!

Pour entendre l’histoire de Caroline et de Patrick en entier, écoutez le balado!

Consultez leur site web pour les coordonnées et abonnez-vous à leurs comptes Facebook et Instagram.

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux