/investigations/health
Navigation

[VIDÉO] Le Dr Arruda badinait sur le virus

En voyage au Maroc au début de la pandémie, il préférait faire des blagues et en minimiser les dangers

Coup d'oeil sur cet article

Pendant que la COVID-19 commençait à s’installer au Québec à la fin février, le Dr Horacio Arruda préférait badiner sur le coronavirus, dont il minimisait les dangers, et s’extasier devant l’accueil « royal » qu’on lui réservait au Maroc, alors qu’il prenait part à un congrès de pharmaciens africains. 

• À lire aussi: Voyage au Maroc du Dr Arruda : Legault se porte à sa défense

« J’avais dit à mes gens d’attendre que je revienne avant d’avoir notre premier cas de coranovirus [sic] au Québec. Eh bien, ils ne m’ont pas attendu », lançait à la blague le directeur national de la santé publique, dans une présentation accessible sur YouTube.

Le Dr Horacio Arruda a donné une conférence sur le rôle des pharmaciens au Québec à la fin février pendant le congrès à Marrakech, avec en arrière-plan une photo du roi du Maroc, Mohammed VI. En mortaise, on le voit avec des participants.
Capture d’écran YouTube et photo tirée de Facebook
Le Dr Horacio Arruda a donné une conférence sur le rôle des pharmaciens au Québec à la fin février pendant le congrès à Marrakech, avec en arrière-plan une photo du roi du Maroc, Mohammed VI. En mortaise, on le voit avec des participants.

« Alors, au retour, les évaluations de mes directeurs adjoints vont être très mauvaises », ajoutait-il, provoquant des rires dans l’auditoire.      

  • Jean-Louis Fortin, chef du Bureau d'enquête, était sur QUB radio:    

Le Dr Arruda raconte qu’il avait appris, lors d’une conférence téléphonique la nuit précédente, qu’un premier cas de la maladie avait été enregistré le 27 février au Québec. On se rappellera qu’il s’agissait d’une femme de Montréal ayant contracté le virus lors d’un voyage en Iran.

Congrès royal

Horacio Arruda a participé les 28 et 29 février à l’événement Officine Expo 2020, placé sous le « haut patronage de Sa Majesté le roi Mohammed VI », au Palais des congrès de Marrakech.

Il avait été invité toutes dépenses payées à faire une conférence sur la profession de pharmacien au Québec et une autre sur la légalisation du cannabis.

Dans sa présentation, il ne se gêne d’ailleurs pas pour s’émerveiller de la façon dont il est reçu. 

« L’accueil est d’une chalorisité [sic] extraordinaire. [...] Je pense que je suis presque considéré comme le roi du pays. Je suis reçu véritablement de façon royale. »

Plus loin, il ajoute des commentaires sur le coronavirus, dont il semble minimiser les dangers. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.
  •  L'analyse de Victor Henriquez, expert en gestion de crise et relations publiques sur QUB radio:    

« Je tiens à vous dire que c’est un enjeu important [le coronavirus], mais qui prend beaucoup de place dans les médias. Mais il y a plusieurs enjeux de santé publique, à mon avis, qui ne sont pas mis à la place, avec des maladies qui tuent encore plus que cela : des iniquités sociales en santé, etc. »  

  • Écoutez l'entrevue avec Joël Arseneau, député du PQ des Îles-de-la-Madeleine, à QUB Radio:   

Slogan du PLQ

Élément étrange de sa présentation : les diapositives PowerPoint qu’il utilise pour décrire la profession de pharmacien au Québec affichent dans le coin inférieur gauche l’ancien slogan du Parti libéral du Québec, « Ensemble, on fait avancer le Québec ».  

Horacio Arruda était accompagné de son épouse, la Dre Nicole Mercier, selon ce qu’on comprend en écoutant la vidéo de sa seconde présentation au congrès

Le directeur national de la santé publique poursuivra son séjour au Maroc pour des vacances jusqu’au 8 mars.

Pendant ce temps-là, d’autres directeurs de la santé publique au Canada, comme Bonnie Henry, en Colombie-Britannique, travaillaient d’arrache-pied pour mettre en place, avec succès, des mesures pour combattre la pandémie.        

  • Emmanuelle Latraverse réagit aux propos du Dr Arruda sur QUB radio: