/finance/business
Navigation

Le français est victime de la pandémie chez Industries Dorel

L’entreprise cesse de publier ses communiqués et documents financiers en français

Dorel Rapport annuel
Photo tirée du site internet de Dorel Dorel fabrique des vélos, des meubles et des produits pour enfants.

Coup d'oeil sur cet article

La crise économique causée par le coronavirus a eu raison du français chez Industries Dorel, une importante entreprise québécoise cotée en Bourse. Une décision qui va à l’encontre de la loi 101.

Depuis le 8 mai, la firme de Westmount ne publie plus de version française de ses communiqués et de ses documents financiers.

Un porte-parole de Dorel, Rick Leckner, a indiqué hier au Journal que la décision avait été prise pour des raisons économiques.

« Il y a eu des coupures à travers le monde, il faut conserver le cash », a-t-il déclaré. 

« Ce n’était pas ciblé, a-t-il soutenu. Le fait de ne pas traduire les communiqués pour le moment fait partie d’une centaine de décisions, au moins, qu’on a été obligés de prendre pour conserver les jobs. »

Dorel n’a fait aucune mise à pied parmi ses quelques centaines de salariés québécois, a assuré M. Leckner. 

Au premier trimestre, l’entreprise a subi une perte nette de 78,8 millions $ en raison principalement d’une dépréciation de 58,7 millions $ découlant de l’impact de la pandémie sur sa division de produits pour enfants.

Dorel figure parmi les plus grandes sociétés québécoises, ayant enregistré des revenus annuels de 3,6 milliards $ l’an dernier.

« Complètement inacceptable »

« C’est un argument complètement inacceptable. Le français, ce n’est pas une question d’argent », s’est insurgé hier Willie Gagnon, directeur du Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires (MÉDAC).

« Les investisseurs du Québec ont le droit d’avoir les documents d’information continue en français », a-t-il ajouté.

Fait intéressant, les sites web consommateurs des marques de vélo Cannondale, GT et Schwinn, qui appartiennent à Dorel, sont uniquement en anglais alors que ceux de concurrents étrangers comme Specialized et Giant existent en version française.

Notons par ailleurs que même les détaillants montréalais Reitmans et Le Château, qui connaissent actuellement de graves difficultés financières, continuent de publier leurs communiqués en français.

Alimentation MTY, propriétaire de plusieurs chaînes de restaurants, dont Tiki Ming et Valentine, a publié ses communiqués uniquement en anglais pendant plusieurs années, mais elle le fait dans les deux langues officielles du Canada depuis avril 2011.

L’AMF n’y peut rien

La Loi sur les valeurs mobilières n’exige le français que pour les documents liés aux appels publics à l’épargne, a précisé hier Sylvain Théberge, porte-parole de l’Autorité des marchés financiers.

Par contre, « selon la Charte de la langue française, une entreprise qui emploie 50 personnes ou plus au Québec doit généraliser l’utilisation du français à tous les niveaux, [y compris] dans les communications avec les actionnaires, comme les communiqués », a souligné Chantal Bouchard, porte-parole de l’Office québécois de la langue française.

Dorel en bref

  • Fondation : 1962
  • Siège social : Westmount
  • Chiffre d’affaires : 3,6 milliards $
  • Employés : 8900 dans 25 pays