/weekend
Navigation

«Juste derrière moi» de Lise Gardner: thriller en Oregon

Lisa Gardner
Photo courtoisie, Philbrick L'écrivaine américaine, Lisa Gardner.

Coup d'oeil sur cet article

Reine américaine du suspense, auteure de nombreux romans primés, Lisa Gardner propose une histoire de jeune tueur en série qui nous en fait voir de toutes les couleurs dans son nouveau livre traduit en français, Juste derrière moi. Cette chasse à l’homme effrénée se déroule dans les bois de l’État de l’Oregon, dans le nord-ouest des États-Unis, et fait appel aux techniciens de pistage en milieu naturel.

Telly Ray Nash n’est pas encore adulte et il a déjà tué quelqu’un. C’était il y a huit ans. Et c’était pour sauver la vie de sa sœur Sharlah. 

Depuis cet épisode difficile, Sharlah a été recueillie dans la famille d’un profiler du FBI à la retraite, Peter Quincy, et de sa femme, Rainie Conner. Ces gens aimants et rassurants ont offert un foyer à Sharlah et un nouveau départ dans la vie. 

Leur vie paisible dans une petite ville de l’Oregon sera complètement bousculée lorsque deux personnes seront assassinées dans une épicerie de la ville. D’autant que c’est le visage de Telly Ray Nash qui apparaît sur les caméras de surveillance. Et la liste des meurtres s’allonge...

<strong><em>Juste derrière moi</em><br>Lisa Gardner</strong><br>Éditions Albin Michel
Photo courtoisie
Juste derrière moi
Lisa Gardner

Éditions Albin Michel

Lisa Gardner fait un clin d’œil à l’un de ses premiers suspenses en faisant revenir le personnage de Peter Quincy dans ce roman qui ne fait pas partie de la série D.D. Warren. 

«Mon premier thriller, Jusqu’à ce que la mort nous sépare, met en vedette un profiler du FBI, Peter Quincy. On le retrouve dans plusieurs de mes livres mais je n’en ai pas parlé depuis un moment. Tellement de fans m’ont demandé de ses nouvelles que j’ai eu l’idée d’écrire Juste derrière moi», explique-t-elle en entrevue, depuis sa résidence du New Hampshire.

Elle voulait explorer le système des familles d’accueil, et en particulier ce qui arrive aux enfants qui vieillissent et ne trouvent pas de famille d’accueil. Et comme romancière, elle souhaitait en parallèle explorer la psychologie des auteurs de tueries, où le crime débute d’abord à la maison ou au travail, puis s’étend dans la communauté. 

Pistage à l’ancienne

La talentueuse romancière construit toujours une base documentaire solide pour asseoir ses suspenses. Cette fois, ses recherches se sont portées du côté des pisteurs, ces professionnels maîtrisant des techniques «à l’ancienne» pour retrouver des fugitifs en cavale dans les grandes étendues sauvages. 

«J’ai lu un article dans SWAT Magazine qui parlait de la nécessité d’avoir des pisteurs traditionnels. Les forces policières utilisent les nouvelles technologies, les caméras à infrarouges, mais plusieurs cas surviennent dans des zones rurales et la technologie ne fonctionne pas.» 

Ainsi a-t-elle interviewé un spécialiste de la question, maintenant enseignant, pour recueillir toutes les informations pertinentes. «J’ai appris tellement de choses! J’ai réalisé à quel point j’en connaissais peu sur le sujet. Il travaillait dans le nord de l’État de New York, il m’a aidée à cerner les problèmes qu’allait affronter mon personnage de Cal Noonan dans les forêts de l’Oregon. Nous avons travaillé avec des cartes topographiques, entre autres.»

Des techniques ancestrales se sont perdues au cours des ans. «C’était étonnant de découvrir à quel point son travail est dangereux. On fait habituellement appel à ses services dans le cas de fugitifs. Il a notamment pisté les prisonniers qui s’étaient évadés d’une prison de l’État de New York.»

Hommage à l’Oregon

Le livre se déroule au cœur des beaux paysages de l’Oregon, état américain que Lisa Gardner connaît très bien puisqu’elle y a grandi. «Je décris la ville fictive de Bakersville, mais les gens de la région reconnaîtront la ville de Tillamook, une petite ville côtière très connue pour son fromage.»