/world/europe
Navigation

Virus : Poutine vante la gestion russe face à celle de Washington

Virus : Poutine vante la gestion russe face à celle de Washington
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le président russe Vladimir Poutine a affirmé que la Russie sortait de l’épidémie du coronavirus « avec des pertes minimes » contrairement aux États-Unis où « des intérêts partisans » ont entravé la gestion de la crise, selon M. Poutine. 

• À lire aussi: Manifestations aux États-Unis : Poutine condamne « la pagaille et les émeutes »

• À lire aussi: COVID-19: plusieurs points chauds inquiètent

• À lire aussi: Coronavirus: retour à la normale à Moscou, 6000 morts en Russie

« Nous sortons du coronavirus avec assurance, avec des pertes minimes, et si Dieu le veut, cela continuera ainsi. Mais aux États-Unis, cela ne se passe pas comme ça », a indiqué Vladimir Poutine, selon un extrait d’une interview diffusée dimanche soir sur la chaîne publique Rossia 1.

La Russie a confirmé dimanche 8 825 nouveaux cas de coronavirus, portant le total à 528 964, dont 6 948 morts. C’est le troisième nombre de cas le plus élevé au monde, après le Brésil et les États-Unis.

La première puissance économique mondiale est de loin le pays le plus touché avec 2 071 782 cas déclarés et 115 347 décès dus au coronavirus.

Selon Vladimir Poutine, ce résultat s’explique par des différences dans le système de gestion de la crise.

« Le président (américain) dit qu’il faut faire ceci et cela, et sur place les gouverneurs répondent " Va te faire foutre " », a dit Vladimir Poutine.

« Il me semble que le problème ici est que les intérêts partisans l’emportent sur les intérêts du peuple et de toute la société », a-t-il poursuivi.

Selon M. Poutine, le gouvernement et les responsables régionaux travaillent en Russie « comme une seule équipe ».

« Je doute que quelqu’un parmi nous, au sein du gouvernement ou dans les régions, dirait tout à coup "Nous n’allons pas faire ce que le gouvernement ou le président nous disent. Nous pensons que ce n’est pas juste" », a soutenu M. Poutine.

Des critiques ont toutefois mis en doute la mortalité officielle en Russie, accusant Moscou de sciemment la sous-estimer. 

La Russie a expliqué ses chiffres plus faibles, comparés aux pays occidentaux, par le fait qu’elle ne comptait que les décès dont la cause première est le coronavirus, quand d’autres pays recensent la quasi-totalité des morts de patients testés positifs. 

Les autorités russes soutiennent aussi que l’épidémie étant arrivée plus tard en Russie, le pays a eu le temps de préparer ses hôpitaux et de développer une politique massive de dépistage.

La Russie a toutefois enregistré 2 712 morts liées au coronavirus en avril, soit plus du double des décès recensés auparavant, selon les chiffres d’une nouvelle méthode de comptage prenant en compte les causes de décès annexes et les cas suspects dévoilés samedi.

Les chiffres officiels indiquaient jusqu’à présent que 1 152 personnes étaient décédées en Russie du coronavirus en avril. Les autorités russes s’entendent par ailleurs à une hausse des morts liées au virus en mai.