/24m/outings
Navigation

Les travailleurs des arts de la scène manifestent à Montréal

Les travailleurs des arts de la scène manifestent à Montréal
Photo Agence QMI, Dominick Gravel

Coup d'oeil sur cet article

Les professionnels du théâtre, de la danse et du cirque se sont rassemblés à la Place des Festivals ce lundi pour demander un prolongement de la Prestation canadienne d’urgence (PCU). 

• À lire aussi: Ottawa annoncera une forme de prolongation de la PCU

• À lire aussi: Trudeau évoque une prolongation de la fermeture de la frontière

Trois mois après les débuts de la PCU, les travailleurs autonomes des arts de la scène s’inquiètent. Ils craignent de ne plus pouvoir recevoir d’aide financière pour pallier l’arrêt des activités dans leur domaine.

Martin Faucher du Festival TransAmérique est l’organisateur de la manifestation de Montréal qui s’est tenue en même temps que celles de Québec et de Saguenay.

Le metteur en scène estime que les interprètes et les techniciens se retrouvent dans un «angle de mort». Seuls les créateurs, les diffuseurs et les compagnies de production peuvent actuellement se qualifier pour les différents programmes de subventions.

Les travailleurs des arts de la scène manifestent à Montréal
Photo Agence QMI, Dominick Gravel

«C’est hyper important que toutes les pratiques de la scène ne soient pas invisibles. Ça nous prend un filet social.»

M. Faucher se réjouit néanmoins de l’annonce faite par le Dr Horacio Arruda, lundi. La reprise des rassemblements intérieurs de plus de 50 personnes sera autorisée dès le 22 juin, a annoncé le directeur national de santé publique.

«Après ça, il y a tout un défi de l’ordre de billetteries et de revenus. [...] Il faut s’assurer que les compagnies ne fassent pas de déficit irrémédiable.»

Les travailleurs des arts de la scène manifestent à Montréal
Photo Agence QMI, Dominick Gravel

Du théâtre en septembre

Philippe Lambert occupe le poste de directeur artistique et général au Théâtre La Licorne. Il se dit heureux de l’assouplissement des règles, de la distanciation sociale qui passe de deux mètres à un mètre et demi.

Les rassemblements de 50 personnes et moins étant désormais permis, il entrevoit de donner le coup d’envoi à sa saison 2020-2021 en septembre.

«La réouverture va se faire à travers les spectacles qui étaient déjà prévus à l’automne.»

«Est-ce que c’est viable économiquement? On n’a pas encore toutes les réponses. Je crois que le gouvernement a une réflexion à faire à ce niveau-là. Il y a un manque à gagner, et, nous, c’est certain qu’on n’augmentera pas le coût des billets.»

Unis face à l’incertitude   

Les travailleurs des arts de la scène manifestent à Montréal
Photo Agence QMI, Dominick Gravel

Tous les corps de métier liés au domaine du spectacle étaient réunis face à la fontaine du Quartier des spectacles lundi midi. Un lieu chargé de symboles puisque de véritables arcs-en-ciel y sont apparus sous le chaud soleil de juin.

Daniel Séguin gagne sa vie comme scénographe, il crée des décors pour le théâtre, la danse et le cinéma. Il n’aurait manqué ce rassemblement pour rien au monde.

«Si la PCU n’est pas prolongée, c’est sûr qu’on doit se trouver une autre job. La scénographie, c’est un métier qui est oublié.»

«La construction, c’est le premier domaine qui a repris ses activités, et, nous, comme concepteurs de décors, on fait un peu le même genre de travail. C’est juste dommage que le gouvernement n’accorde pas autant de valeur à la culture.»

Les membres de L’Alliance internationale des techniciens de scène, de théâtre et de cinéma étaient venus en grand nombre. Patrick Sévigny en fait partie.

Les travailleurs des arts de la scène manifestent à Montréal
Photo Agence QMI, Dominick Gravel

«On a tous été mis à pied à la mi-mars, et l’arrêt de la PCU en juillet fait en sorte qu’on n’aura plus de revenus.»

«Il y a beaucoup de travailleurs autonomes dans notre milieu, et ils n’ont aucun support. [...] On veut faire valoir au gouvernement le fait qu’on a encore besoin d’aide.»

La comédienne et chanteuse Louise Forestier a profité de l’événement pour faire sa première grande sortie depuis le début du confinement. Connus ou non du grand public, les artistes présents étaient tous solidaires.

«Je suis la doyenne ici aujourd’hui et je n’étais même pas sûre d’y aller. Vers 10h45, j’ai demandé l’avis à Janine Sutto et elle m’a dit "tu y vas!"»

«J’ai vécu l’insécurité propre à ce métier pendant toute ma vie, je sais ce que c’est. Le théâtre, c’est essentiel. Nous sommes les médecins de l’âme.»