/entertainment/stage
Navigation

Feu vert pour les théâtres

Les normes sanitaires sont favorables à une réouverture

Lorraine Pintal
Photo Chantal Poirier La directrice artistique du Théâtre du Nouveau Monde, Lorraine Pintal, voit enfin « la lumière au bout du tunnel » et espère que l’établissement pourra accueillir jusqu’à 250 personnes d’ici juillet.

Coup d'oeil sur cet article

Les théâtres attendaient ce moment avec impatience. Ils ont maintenant l’heure juste et ils pourront, à partir de lundi, préparer et bâtir une saison automnale.

• À lire aussi: Réouverture: les cinémas rassurés

• À lire aussi: De la lumière pour les arts de la scène

La mise en place d’un guide de normes sanitaires publiée par la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail pour le secteur des arts de la scène, les salles de spectacles et les cinémas permet aux théâtres d’aller de l’avant.

«On sent qu’il y a une lumière au bout du tunnel», a lancé Lorraine Pintal, directrice artistique du Théâtre du Nouveau Monde.

Les nouvelles règles pour la création

Le guide de la CNESST précise les règles que les théâtres devront mettre en place pour reprendre la création de spectacles. Il explique notamment que les numéros en duos ou en groupes sont à éviter, à moins que les artistes portent un masque et une visière. Il permet aussi le travail du personnel attitré aux costumes, aux décors et au maquillage des acteurs. Tout devra être effectué dans le respect des normes sanitaires en place.

Avec le guide, les compagnies de théâtre pourront préparer leur saison en présentant des productions à plus petite échelle, avec quelques comédiens et un nombre limité de spectateurs.

Le TNM dévoilera sa programmation autom­nale en août et ouvrira ses portes en septembre. Lorraine Pintal souhaite que la situation évolue dans la bonne direction afin de préparer sa véritable relance pour janvier 2021. «On parle de passer de 50 à 250 spectateurs en juillet et avec une réduction de la distanciation sociale. Ça sera peut-être 400 à l’automne et avec un certain assouplissement des mesures sur la scène», a-t-elle indiqué, lors d’un entretien téléphonique. 

Défis logistiques

Au Trident, à Québec, on travaille depuis quelques semaines à la planification d’un rendez-­vous automnal qui sera différent de celui qui était prévu pour souligner son 50e anniversaire.

«Les normes vont dans une direction semblable à ce que le Trident souhaitait mettre en place. Nous avons certainement plusieurs défis logistiques à résoudre, mais nous sommes très stimulés à l’idée de proposer à nouveau une rencontre entre le public et les artistes», a fait savoir Sophie Vaillancourt-Léonard, coordonnatrice aux communications et aux relations de presse.

Le Diamant de Québec a trois scénarios sur la table en prévision d’une réouverture en septembre. «Nous allons fêter notre premier anniversaire avec une réouverture. C’est ce qu’on espère. Je suis très confiant», a lancé le directeur général Bernard Gilbert.

Il précise que les spectacles, à moins d’un changement, seront de petite forme. Il faudra oublier les populaires soirées de lutte.

«Des duos ou des spectacles où les comédiens accepteraient d’être en confinement avant, pendant et après les représentations», a-t-il fait remarquer.

Donner du travail

Bernard Gilbert cite le spectacle solo 887 de Robert Lepage comme exemple.

«Robert est seul sur scène, mais il y a dix personnes qui travaillent en arrière. Il reste à évaluer, si ça peut se faire tout en respectant les normes en place», a-t-il mentionné. 

Il souhaite, lui-aussi, voir le nombre de 50 spectateurs s’élargir en juillet et passer à 250. La salle Hydro-Québec du Diamant a une capacité totale de 600 sièges.

«Ça serait plus intéressant financièrement. C’est l’élément clé», a-t-il laissé tomber.

Avec le déconfinement actuel, le directeur général du Diamant croit que les choses pourraient, si tout se passe bien, devenir favorables en septembre.

«Est-ce qu’il serait possible, par exemple, de pouvoir accueillir plus de gens, si les masques étaient obligatoires?», se demande-t-il.

Autant au Trident, qu’au TNM et dans les autres théâtres, on veut donner du boulot à un maximum de comédiens.

«On va peut-être réussir à donner du travail à 25 artistes avant Noël et ça, ça me fait peur. On veut faire travailler un maximum de comédiens. Il en va de la survie de notre métier», a laissé tomber Lorraine Pintal.