/news/health
Navigation

Maisons des aînés: les coûts en hausse en partie pour protéger des pandémies

La ministre Marguerite Blais
Photo Simon Clark La ministre Marguerite Blais

Coup d'oeil sur cet article

L’explosion du coût des maisons des aînés servira en partie à éviter de nouvelles épidémies dans ces résidences, comme ce fut le cas avec la COVID-19 dans les CHSLD, plaide la ministre Marguerite Blais.

• À lire aussi: Maisons des aînés: la facture explosera de 50%

• À lire aussi: Une première maison des aînés confirmée à Québec

Notre Bureau parlementaire révélait mercredi que les maisons des aînés qui sortiront de terre d’ici 2022 coûteront finalement 1,5 milliard $, alors que la CAQ avait chiffré son engagement à 1 milliard $ en campagne électorale. C’est que le gouvernement Legault construira de plus petites résidences : les 2600 places seront réparties dans 48 établissements, plutôt que la trentaine annoncée en 2018. 

Mais la ministre Blais affirme qu’une partie des coûts vise également une mise à niveau des installations pour éviter les foyers d’éclosion d’un virus. « Avec la pandémie, on s’est rendu compte qu’on avait besoin de plus de mesures de protection », affirme la ministre responsable des Aînés. 

Ainsi, les futures maisons des aînés seront dotées d’une ventilation mécanique, de vestiaires pour les employés, de sas pour enfiler et enlever de l’équipement de protection, en plus de bassins pour se laver les mains.

« La cuisine pour les employés sera plus grande, parce qu’on s’est rendu compte qu’il y avait de la contamination dans les cuisines, ajoute Mme Blais. Donc, ces mesures-là appellent à une plus grande dépense. »

Comme les maternelles 4 ans

Avec son concept de Maison des aînés, Québec souhaite remplacer les immenses CHSLD par des établissements à échelle humaine. 

Mais le Parti libéral du Québec s’inquiète d’une explosion des coûts. « Excusez l’expression très québécoise, mais c’est du n’importe quoi », lance la critique libérale Monique Sauvé. 

« On passe de 1 milliard $ à 1,5 milliard $, alors qu’il n’y a pas eu encore une seule pelletée de terre », fait-elle remarquer. 

« J’ai l’impression qu’on revit le film des maternelles 4 ans », ajoute Mme Sauvé. Annoncées à 122 400 $ en campagne électorale, celles-ci coûteront finalement 800 000 $ en moyenne. « C’est de l’improvisation », déplore Monique Sauvé. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com