/misc
Navigation

Faut-il souscrire à l’assurance vie des prêteurs hypothécaires?

Home Insurance Service. Cottage, businessman with umbrella, security shield and insurance agreement paper.
Illustration, Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Que faut-il penser de l’assurance vie que les grandes institutions financières offrent avec leurs hypothèques ?

Avec le climat d’inquiétude qui règne ces temps-ci, ce pourrait être plus facile à vendre... Les clients devraient s’en méfier, sans pour autant leur fermer automatiquement la porte. Il arrive en effet que la meilleure solution se trouve de ce côté-là.

De quoi s’agit-il ? D’une assurance qui paie l’hypothèque au décès du propriétaire de la maison. En principe, cela peut répondre à un besoin, mais une police contractée auprès d’une compagnie d’assurance individuelle remplit mieux cette fonction pour un prix moins élevé.

Il faut savoir que ces assurances sont la plupart du temps vendues par des représentants qui ne sont pas soumis au cadre de l’Autorité des marchés financiers (AMF). Ces vendeurs ne sont pas tenus d’analyser les besoins d’assurance de la clientèle.

En souscrivant à ce type de protection, on peut croire à tort que nos besoins sont comblés. À l’inverse, on peut aussi se retrouver assuré en double.

À quoi ça sert, l’assurance vie

On ne peut pas aborder le sujet sans rappeler la fonction de l’assurance vie : elle protège financièrement les personnes dépendantes d’un pourvoyeur au décès de ce dernier.

Le capital prévu dans la police remplace la participation du défunt dans tout le fonctionnement de la maisonnée, incluant les paiements hypothécaires (ou le loyer).

Il y a des cas cependant où le client hypothécaire n’est pas assurable auprès des compagnies d’assurance conventionnelles, ou ne l’est qu’à un coût prohibitif. Cela arrive s’il traîne un lourd historique médical.

La meilleure chance d’être assuré se trouve alors auprès des prêteurs hypothécaires. Leurs questionnaires sont généralement moins exigeants, donc plus indulgents. Par exemple, plusieurs ne font pas de distinction entre les fumeurs et les non-fumeurs ; le tabagisme est pourtant un facteur très discriminant chez les assureurs traditionnels.

La protection n’est pas parfaite, mais c’est mieux que rien.

Conseils

  • Si personne ne dépend de vous financièrement, l’assurance vie est inutile. Un jeune célibataire sans enfant n’a pas besoin de souscrire une assurance vie avec l’hypothèque de son premier condo. 
  • C’est souvent à l’achat d’un premier logement, au moment de fonder une famille, que le besoin d’assurance vie apparaît. Si, pour des raisons de santé, on a des doutes sur sa capacité à trouver une assurance vie à prix raisonnable, on peut souscrire celle du prêteur et l’annuler par la suite si on trouve mieux ailleurs. Il faut faire vite. 
  • Certains prêteurs offrent un rabais de taux sur l’hypothèque quand on souscrit une assurance vie chez eux. Il faut faire ses calculs, car il peut alors être avantageux de combler une partie de ses besoins d’assurance chez l’institution prêteuse.