/sports/soccer/impact
Navigation

Deux ados avec le grand club

L’organisation montréalaise accorde des contrats à deux espoirs de 16 et 17 ans

Tomas Giraldo
Photos d'archives Le milieu de terrain Tomas Giraldo et l’arrière Keesean Ferdinand (en médaillon) sont considérés comme de beaux espoirs chez l’Impact.

Coup d'oeil sur cet article

Quand Olivier Renard a été nommé directeur sportif de l’Impact, il a mentionné qu’il aime développer de jeunes joueurs. Le Bleu-blanc-noir a fait un pas dans cette direction en mettant sous contrat Keesean Ferdinand et Tomas Giraldo, mercredi.

À 16 ans, Ferdinand devient le plus jeune joueur de l’équipe à signer un contrat professionnel. Giraldo n’est pas tellement plus vieux puisqu’il a eu 17 ans en mars.

« C’est incroyable, je reçois plein de messages de la part de tout le monde », a résumé Ferdinand en visioconférence, mercredi après-midi.

Les deux joueurs sont des produits de l’Académie de l’Impact et ont signé une entente valide jusqu’à la fin de la saison 2021. Il s’agit d’un contrat de joueur formé au club non inclus dans l’effectif.

En d’autres mots, ils font partie de l’équipe, mais ne font pas partie de l’effectif officiel et leur salaire n’est pas comptabilisé dans la masse salariale. Ils peuvent être ajoutés à la formation à tout moment.

À Orlando

Les deux jeunes hommes vont travailler à partir d’un plan clairement établi, comme l’explique Ferdinand, un arrière gauche porté sur l’attaque.

« Avec le staff, on a installé un plan de match progressif. Je vais pratiquer avec les pros et pour les matchs, ils m’en feront jouer s’ils sentent que je suis prêt. En attendant, je vais rester avec les U19. »

Leur signature arrive dans le contexte où l’équipe participera le mois prochain au tournoi de reprise de la Major League Soccer. Les clubs seront en mesure d’aligner 23 joueurs pour un match plutôt que 18 comme c’est l’habitude. 

« L’idée est qu’on voyage avec l’équipe à Orlando pour les entraînements, pour les matchs on verra », a précisé Giraldo, un milieu de terrain combatif. 

Au camp

Les deux joueurs ont été en mesure de se démarquer en participant au camp d’entraînement de l’équipe en Floride, où ils n’ont pas du tout eu l’air d’adolescents au milieu d’adultes.

« Avant d’aller en Floride au camp, on nous a dit de ne pas avoir peur de montrer notre qualité et de nous imposer. Il fallait respecter les autres joueurs, mais ne pas avoir peur », d’expliquer Giraldo, qui a pu profiter de l’expérience de Romell Quioto.

« Il m’a aidé à m’intégrer dans le groupe », a-t-il ajouté. 

« On a su garder notre sang-froid tout au long du camp en étant constants même si ça n’a pas toujours été facile », a fait valoir Ferdinand.

Ferdinand a lui aussi pu profiter des conseils d’un vétéran.

« Jukka Raitala a joué un grand rôle pour moi, même s’il n’est pas très bavard, a précisé Ferdinand. Tu n’as qu’à le regarder et c’est un bon modèle. Je suis son éthique de travail, c’est un joueur exceptionnel. »

La présence rassurante de Thierry Henry n’est pas non plus étrangère à l’essor des deux joueurs.

« Coach Thierry nous a vraiment mis à l’aise pendant le camp. Il nous a donné des conseils pour nous améliorer. C’est vraiment une expérience enrichissante », a insisté Giraldo.

Pas de craintes

Par le passé, les jeunes produits de l’Académie de l’Impact ont souvent eu du mal à se tailler un poste au sein de la formation, ce qui n’inquiète pas Giraldo le moins du monde.

« La situation que les autres joueurs ont vécue avant n’est pas liée à la nôtre. Keesean et moi allons faire ce qu’il faut pour obtenir des minutes. »

Ferdinand estime pour sa part qu’il faut faire confiance au personnel d’entraîneurs.

« Ça ne fait aucunement peur. Si le staff nous fait confiance à un si jeune âge, c’est qu’ils ont un plan de match. On va de l’avant sans inquiétude. » 

Ils sont prêts 

Keesean Ferdinand et Tomas Giraldo sont encore des adolescents, mais s’ils ont signé un premier contrat professionnel mercredi, c’est parce qu’ils sont prêts à faire le grand saut.

« Si on les recommande pour aller à l’étape suivante, c’est qu’on est confiants, a assuré le directeur de l’Académie de l’Impact, Philippe Eullaffroy. On doit voir à quelle vitesse ils peuvent s’ajuster et on ne peut pas le savoir tant qu’ils n’y sont pas allés, mais ils ont su le faire et de manière assez convaincante. »

Il fait ici référence à leur passage remarqué au camp d’entraînement de l’équipe, l’hiver dernier.

« Ça reste des adolescents qui entrent dans le monde des adultes. Ils sont livrés à eux-mêmes et doivent prendre plus de responsabilités.

« On espère qu’on leur a donné assez d’outils, mais ils peuvent aussi compter sur tout le club pour continuer de les soutenir. On fait du service après-vente. »

Surprise

Ferdinand n’a que 16 ans, mais le jeune arrière progresse à vive allure depuis la dernière année.

« C’est un des jeunes de l’Académie qui a progressé le plus vite dans les derniers mois, a soutenu Eullaffroy. C’est un gamin qui a lui aussi la mentalité qui va avec sa polyvalence. Il peut jouer à plusieurs positions sans trop de problème.

« Il ne se pose pas trop de questions, il est très à l’écoute et il joue où on lui demande de jouer sans avoir peur de la découverte. Il sort assez facilement de sa zone de confort. »

Tout comme Giraldo, Ferdinand a représenté le Canada à la Coupe du monde des moins de 17 ans au Brésil, l’an passé. Il a amorcé le tournoi comme substitut, mais est vite devenu titulaire.

Combatif

Quant à Giraldo, un milieu de terrain, il a tout pour bien se développer chez les professionnels, selon celui qui l’a vu grandir sur les terrains.

« Son état d’esprit et son caractère sont en adéquation avec son physique. Il exploite complètement ses qualités physiques.

« Il est très imposant, c’est un gros bonhomme dans le sens fort du terme. Il est costaud, puissant et fort même s’il y a un peu de travail à faire musculairement. »

Gilrado est le genre de joueur qui semble taillé sur mesure pour le soccer de la MLS, si on se fie à la description qu’en fait Eullaffroy.

« Il aime bien aller au duel, récupérer le ballon dans les pieds. Il est à l’aise avec les deux pieds et est capable de jouer court ou long, en plus d’avoir une capacité de se projeter vers l’avant qui est intéressante. C’est un beau milieu de terrain moderne. »