/sports/tennis
Navigation

Une étape plus que bienvenue

La réouverture des centres d’entraînement intérieurs tombe à point pour un jeune joueur de tennis québécois

SPO-TENNIS-COVID-19
Photo Agence QMI, Joël Lemay Alexis Galarneau pourra accentuer sa cadence à l’entraînement en vue d’un retour au jeu à la compétition avec la reprise des activités à l’intérieur du centre national de Tennis Canada.

Coup d'oeil sur cet article

Le joueur de tennis québécois Alexis Galarneau a eu droit à non pas une, mais deux bonnes nouvelles mercredi. 

• À lire aussi: Déconfinement: le monde du hockey tout sourire

• À lire aussi: Les propriétaires de centres d’entraînement soulagés par l’annonce

Quelques minutes après avoir appris que le circuit professionnel masculin de l’ATP reprenait ses activités le 14 août prochain, à Washington, Galarneau a su qu’il pourra remettre les bouchées doubles à l’entraînement avec la réouverture des installations intérieures du centre national de Tennis Canada dont il fait partie. 

Ces nouveaux développements en lien avec la pandémie de la COVID-19 ne pouvaient mieux tomber pour le joueur de Laval, qui après quatre saisons avec l’Université North Carolina State dans la NCAA, est prêt à faire le saut chez les professionnels.  

« Mon but ultime est d’être un joueur de tennis professionnel, et de savoir que les gyms [comme celui du centre national] et que les tournois vont recommencer, le timing est super bon pour moi et ça va m’encourager à travailler le plus fort possible », a confié le 559e joueur au monde, en entrevue avec Le Journal. 

Si Galarneau a pu renouer avec sa raquette sur le court au cours des dernières semaines, la nouvelle phase de déconfinement l’aidera à peaufiner des éléments laissés pour compte pendant la quarantaine.

« On était capable de jouer une fois de temps en temps à l’extérieur, mais on n’était pas capable d’avoir des entraîneurs sur le terrain et avec l’ouverture des gyms, on va finalement pouvoir travailler des choses plus spécifiques », a décrit celui qui est à la recherche d’un entraîneur et de commanditaires pour le soutenir dans sa transition.

Attente enfin terminée

Directeur du Stade IGA qui abrite 16 courts intérieurs, Nicolas Joël a accueilli l’annonce de mercredi avec un grand soulagement. En moyenne, ce sont 5000 usagers par année qui fréquentent ce mégacentre de tennis à Montréal, mais les restrictions actuelles combinées à des travaux sur plusieurs des terrains extérieurs réduisaient énormément la capacité d’accueil pour la clientèle. 

« On espérait depuis quelque temps de pouvoir redonner plus de place à nos amateurs de tennis. Avec la réouverture progressive de certains secteurs, ça m’encourageait à penser que les sports intérieurs allaient rouvrir. On est en train de faire la lecture de tous les guides du gouvernement pour voir ce qu’on pourra rouvrir dès le 22 juin », a-t-il souligné.

Le club avantage prêt

À Québec, le propriétaire du Club Avantage, Serge Jacques, n’entendait que le feu vert du gouvernement pour rouvrir ses portes. Un protocole respectant les normes sanitaires avait déjà été planifié par l’établissement de la rue Bouvier qui compte 14 terrains de tennis et de badminton, ainsi qu’un gym. 

« C’est une heureuse surprise et c’est la meilleure nouvelle qu’on pouvait avoir ! La pression était de plus en plus grande par les propriétaires de gym sur le gouvernement avec la situation précaire [financièrement] dans laquelle plusieurs sont plongés. On a déjà espacé nos appareils à deux mètres et on a acheté des centaines de bouteilles de désinfectant. »

Étape par étape 

Pour l’heure, la clientèle ne bénéficiera pas de tous les services auxquels elle était habituée avant la pandémie. 

« On va y aller avec la logique de venir sur le site et repartir directement, sans accès au vestiaire et un peu comme ça se fait dans tous les parcs, pour pouvoir se laisser le temps si on peut planifier une réouverture plus importante, mais le deux mètres de distance est un enjeu dans les vestiaires », a reconnu Nicolas Joël.