/world/america
Navigation

Corruption au Brésil: arrestation d’un proche d’un fils Bolsonaro

Corruption au Brésil: arrestation d’un proche d’un fils Bolsonaro
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Un ex-conseiller de Flavio Bolsonaro a été arrêté jeudi dans le cadre d’une enquête sur des détournements de fonds lorsque le fils aîné du président brésilien, aujourd’hui sénateur, siégeait comme député de l’État de Rio de Janeiro. 

• À lire aussi: Le coronavirus continue de se répandre fortement au Brésil

• À lire aussi: Au Brésil, l’agriculture seule rescapée du désastre économique

Fabrício Queiroz, 54 ans, a été arrêté à Atibaia, dans l’État de Sao Paulo, au domicile d’un des avocats de Flavio Bolsonaro, a annoncé le parquet de cet État. Selon les médias brésiliens, l’avocat est aussi l’un de ceux du président Jair Bolsonaro.

Ancien officier de la Police militaire, Queiroz devrait être transféré dans la journée à Rio, où est localisée cette enquête potentiellement très embarrassante pour Jair Bolsonaro, qui avait fait de la lutte anticorruption l’un des grands thèmes de sa campagne électorale en 2018.

Cette arrestation a été réalisée à la demande du parquet de Rio de Janeiro, « qui enquête sur la participatión de Queiroz à un système de détournements de salaires de fonctionnaires du cabinet de Flavio Bolsonaro alors qu’il était député régional », a précisé le parquet.

L’avocat qui l’hébergeait et Flavio Bolsonaro avaient assuré aux enquêteurs ne pas savoir où se trouvait Fabricio Queiroz. 

Le scandale avait éclaté fin 2018, quand l’agence gouvernementale de surveillance des transactions financières, la COAF, avait mis en évidence des « transactions atypiques » en 2016 et 2017 sur le compte de Fabricio Queiroz, ancien chauffeur et homme à tout faire du fils du président.

Au moins 483 dépôts auraient été effectués par les employés du cabinet de Flavio Bolsonaro sur le compte de M. Queiroz, pour un total supérieur à 1,2 million de réais (environs 305 000 dollars canadien).

L’enquête du Parquet porte sur la pratique présumée de « rachadinha », terme désignant l’existence présumée d’employés fantômes inscrits sur la fiche de paie officielle de l’assemblée législative de Rio, qui auraient reversé une partie de leur salaire à leur employeur.

Flavio Bolsonaro avait été député de l’État de Rio de 2003 à 2018.

En décembre 2019, la police avait perquisitionné divers locaux lui appartenant, ainsi qu’à ses ex-employés et à la deuxième femme de Jair Bolsonaro.

Flavio Bolsonaro, qui est soupçonné d’avoir blanchi de l’argent par le biais de l’achat d’appartements en espèces, avait alors dénoncé une « persécution politique » destinée à « atteindre le président ».

Jeudi, il a indiqué sur Twitter accueillir « avec sérénité les événements d’aujourd’hui ». « La vérité prévaudra »!» a-t-il assuré, évoquant de nouveau un moyen « d’attaquer (le président) Bolsonaro ».