/sports/soccer/impact
Navigation

Les joueurs de l'Impact enfin ensemble

L’Impact obtient le feu vert pour l’entraînement en équipe

Entraînement Impact de Montréal
Photo courtoisie, Impact de Montréal Pour la première fois depuis plusieurs semaines, les joueurs de l’Impact ont tenu un véritable entraînement en équipe hier au Centre Nutrilait.

Coup d'oeil sur cet article

Après l’annonce du retour au jeu des sports collectifs mercredi, l’Impact a reçu une bonne nouvelle jeudi puisque la Direction de la santé publique du Québec a autorisé son plan pour la reprise des entraînements collectifs.

Depuis un peu plus d’une semaine, les joueurs avaient la permission de s’entraîner en petits groupes après avoir passé deux semaines à travailler individuellement.

Ces entraînements se faisaient sur une base volontaire alors que cette fois-ci, ils deviennent obligatoires puisque c’est l’ensemble de l’équipe qui est attendu sur le terrain.

C’est donc dire que depuis jeudi, Thierry Henry et ses adjoints peuvent officiellement intervenir dans les entraînements et reprendre le travail tactique qui avait été amorcé avant l’arrêt momentané de la saison, le 12 mars dernier.

La décision est importante puisqu’elle fait en sorte que le Bleu-blanc-noir pourra s’entraîner au Centre Nutrilait jusqu’à la fin du mois plutôt que de devoir prendre le chemin d’Orlando le 24 juin afin de tenir un mini camp d’entraînement en vue du tournoi de reprise qui s’amorcera le 8 juillet. Les équipes sont attendues à Orlando au plus tard le 1er juillet.

Voilà deux semaines que la MLS avait levé son moratoire sur les entraînements en équipe complète.

Soulagement

Le soulagement était palpable chez les joueurs comme l’a laissé entendre le gardien Evan Bush.

« J’y pensais en revenant du terrain. Souvent, on tient pour acquises les choses que l’on fait quotidiennement. Cette période de trois mois, qui nous a empêchés de faire ce qu’on aime tous les jours, nous procure une nouvelle énergie.

« On ne tiendra plus rien pour acquis. En tout cas, ça sera ma mentalité et j’espère que les gars vont penser de la même façon. » 

Pour le vétéran de 34 ans, il est important de retrouver l’esprit compétitif avec ce retour aux entraînements en équipe.

« Tu peux en faire autant que tu peux quand tu travailles individuellement ou en petit groupe, mais tu n’as pas une bonne mesure de ta progression tant que tu ne joues pas de façon structurée comme une équipe.

« C’est important pour les gardiens de voir des tirs de différents joueurs qui veulent marquer contre toi.

« Nous avons une petite période de temps avant le tournoi alors nous devons optimiser notre temps. »

Beaucoup de tests

Suivant un protocole sanitaire important, les joueurs et les membres du personnel seront suivis de près.

Ainsi, avant que le plan soit officiellement approuvé, tout le monde s’est soumis à un programme de dépistage très strict.

Depuis lundi, les joueurs ont passé un examen médical et deux tests à 24 heures d’écart, 72 heures avant le début de l’entraînement en groupe complet.

De plus, les joueurs, les entraîneurs et certains membres du personnel essentiel devront subir trois tests par semaine, soit les lundis, mercredis et vendredis.

S’il devait y avoir un résultat positif, la personne serait immédiatement mise à l’écart.

Installations intérieures

Autre volet majeur dans cette annonce, les joueurs ont à nouveau accès aux installations intérieures du Centre Nutrilait.

Jusqu’à maintenant, ils devaient se rendre de leur voiture au terrain en passant par une station sanitaire et ensuite retourner à leur voiture après l’entraînement sans jamais passer par l’intérieur, qui n’était pas accessible.

Les vestiaires, les douches, les salles d’entraînement et de traitement sont donc désormais ouverts.

L’utilisation des différents équipements est bien entendu soumise à un protocole sanitaire sévère.

« On s’est poussés dans les dernières semaines et on est peut-être un peu plus endoloris parce qu’on n’a pas accès aux mêmes services et aux mêmes types de traitements qu’à l’habitude », a précisé Bush.