/news/education
Navigation

Des étudiants de l’UL seront privés de cours en classe

Ils devront faire leur session seulement à distance

Coup d'oeil sur cet article

À l’Université Laval, il ne sera pas possible pour chacun des 43 000 étudiants d’avoir accès à au moins un cours en classe à la session d’automne, contrairement à ce que Québec a annoncé en début de semaine.

Le plan de match gouvernemental pour le retour en classe dans les cégeps et les universités prévoit « l’enseignement en mode hybride pour tous, en partie en présence, en partie à distance », peut-on lire dans les documents gouvernementaux rendus publics mardi. 

En salle de classe, un maximum de cinquante étudiants pourront être regroupés à une distance de 1,5 m les uns des autres, comme dans les salles de spectacle et de cinéma. 

Impossible pour tous

Or à l’Université Laval, où plus de 10 % des cours étaient déjà offerts à distance avant la pandémie, on explique qu’il ne sera pas possible d’offrir au moins un cours en classe à tous les étudiants, comme le souhaite le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Jean-François Roberge. 

Ce scénario n’est pas réaliste en raison de contraintes humaines et physiques. Un cours donné à 200 étudiants en amphithéâtre ne peut être séparé en quatre groupes différents en raison d’un manque de professeurs et de locaux, explique-t-on.

« L’Université Laval offrira à l’automne une variété de cours : à distance, en présentiel, en formule hybride ou comodale (à la fois en classe et à distance). Oui, c’est possible que certains étudiants aient tous leurs cours en ligne. Le type de cours offerts varie selon les facultés et les unités », a précisé l’Université Laval par courriel.

« Dans la mesure du possible, nos unités et facultés vont favoriser une présence en classe des étudiantes et des étudiants qui vivront leur toute première session à l’Université Laval. La priorité demeure d’accueillir celles et ceux qui auront des cours pratiques ou des laboratoires essentiels à leur formation », peut-on aussi lire dans un message à la communauté universitaire diffusé mercredi.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Ajustements encore possibles

Les étudiants ont été invités à consulter leur horaire afin de savoir ce que l’automne leur réserve, tout en précisant que « certains ajustements sont encore possibles au cours de l’été, compte tenu de l’évolution de la situation ».

La semaine dernière, deux étudiants ont contacté Le Journal, étonnés de constater que leur horaire pour la session d’automne ne comprenait que des cours en ligne, même s’ils avaient d’abord choisi des cours en présentiel.

Au cabinet du ministre Roberge, on précise que « les cégeps et les universités doivent offrir un maximum de cours en présence » et qu’une communication sera faite auprès de l’Université Laval pour « dissiper ce malentendu ».

D’autres universités contactées par Le Journal jeudi ont indiqué qu’il était trop tôt pour se prononcer sur l’offre de cours pour la prochaine session. 

À HEC Montréal, tous les cours seront offerts en ligne à la session d’automne, mais une partie sera aussi proposée en formule comodale. 

La proportion des cours offerts aussi en classe n’est toutefois pas encore déterminée.