/opinion/columnists
Navigation

Distanciation: sortez votre ruban à mesurer!

martineau chronique
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

N’importe quel psychologue vous le dira : si vous voulez que vos enfants respectent les consignes que vous leur donnez, il faut que ces consignes soient claires, qu’elles ne se contredisent pas et qu’il y ait des conséquences à ne pas les respecter.

Sinon, vos enfants vont se foutre de ce que vous leur dites et n’en feront qu’à leur tête.

La même logique s’applique au gouvernement.

Tu veux que la population suive les règles que tu édictes ?

Arrange-toi pour qu’elles soient claires et faciles à comprendre. 

Prenez les panneaux de stationnement. Parfois, il y a tellement de panneaux sur le même poteau que tu ne comprends pas si tu as le droit de stationner ton auto ou pas. 

« Interdit de 18 h 30 à 23 h, sauf aux détenteurs de permis », « Stationnement 15 minutes », « Permis d’ici au coin, excepté lors des périodes interdites », « Pas le droit le mercredi », « Réservé au corps diplomatique », une flèche en haut, une flèche en bas...

On dirait que ces panneaux ont été installés par un aveugle atteint de la danse de Saint-Guy. 

Tu regardes ce fouillis d’informations contradictoires, et tu te dis : « F**k off, je stationne mon char, advienne que pourra ! »  

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

DES DÉCISIONS INCOHÉRENTES

Eh bien, c’est la même chose avec les nouvelles règles de distanciation sociale.

Vous y comprenez quelque chose, vous ? Un mètre, un mètre et demi, deux mètres, selon que tu es dans une maison, un parc, une file d’attente, un lieu de rassemblement intérieur, un lieu de rassemblement extérieur, etc.

Un masque, pas de masque, trois familles, dix personnes, cinquante personnes, pas le droit de lever des poids dans un gym, mais le droit de manifester avec 15 000 personnes, pas le droit d’ouvrir un bar, mais le droit de servir de l’alcool dans un resto...

Tu regardes ça, et tu te dis : « Ah puis merde, je ferai comme je voudrai... »

Si au moins les conséquences aux actes de désobéissance civile étaient cohérentes.

Même pas.

Des milliers de personnes veulent manifester dans les rues de Montréal ? Pas de problème, allez-y, vous pouvez vous marcher les uns sur les autres, on ne vous embêtera pas !

Un méga gym sur le bord de la faillite ouvre ses portes ? Trois policiers débarquent pour voir si les clients respectent les consignes de distance.

Elle est où, la logique ? Nulle part. 

RElÂchement pas étonnant

À moins que le virus venu de la Chine communiste ait une conscience sociale et qu’il ne contamine pas les gens qui marchent pour une cause, juste ceux qui courent pour leur santé...

Même chose pour le masque.

« Nous, on base chacune de nos décisions sur la science », répètent le premier ministre et le directeur de la santé publique.

Mais quand des experts en épidémiologie implorent monsieur Arruda et monsieur Legault de rendre le masque obligatoire dans les transports en commun et les petits commerces, ceux-ci refusent, en disant que la politique n’a pas à se soumettre aux diktats des scientifiques... 

Euh...

De kessé ?

Pas étonnant qu’on sente un relâchement au sein de la population.  

Comment respecter des règles que tu ne comprends pas et que les autorités sont incapables de t’expliquer ?