/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Les aînés, «oubliés du déconfinement»

Une lettre signée par 67 médecins demande que des actions soient prises rapidement pour les déconfiner

Les aînés, «oubliés du déconfinement»
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Au même moment où le gouvernement Legault permet à nouveau les visites dans les CHSLD et dévoile son plan de déconfinement pour les centres d’hébergement, 67 médecins sonnent l’alarme sur la condition préoccupante des aînés du Québec.  

• À lire aussi: Formation accélérée: de futurs préposés abandonnent

• À lire aussi: Maisons des aînés: les coûts en hausse en partie pour protéger des pandémies

• À lire aussi: Enquête de la coroner en chef sur les résidences pour aînés

«Nous ne pouvons accepter d’assister passivement à la détérioration de leurs facultés, de leur autonomie, de leur qualité de vie, voire de leur dignité», écrivent les signataires dans une missive adressée jeudi aux ministres de la Santé, Danielle McCann, et responsable des Aînés, Marguerite Blais.

Internistes gériatres, gérontopsychiatres, neurologues, omnipraticiens en soin aux personnes âgées et résidents en gériatrie sont très inquiets des effets néfastes sur la santé des aînés confinés 24 heures sur 24, autant physique que psychologique. 

«Nos unités de gériatrie sont surchargées présentement à cause des impacts du confinement. Il y a beaucoup de détresse, affirme la Dre Fannie Lajeunesse-Trempe, résidente en médecine interne au Centre hospitalier de l'Université Laval à Québec. On a un travail à faire rapidement pour les réhabiliter rapidement. Avec l’évolution de la situation, les risques de garder les aînés confinés sont plus importants que les bénéfices.»

«On voit des gens qui ont perdu des fonctions cognitives et qui sont plus sujets à développer des symptômes au sujet de l’humeur, anxio-dépressif et des idéations suicidaires», renchérit Marilyn Simard, interniste gériatre à la Cité-de-la-Santé de Laval. 

Réparations exigées 

Les deux ministres caquistes sont donc interpellées pour effectuer des corrections de manière urgente et «d’assouplir les mesures sanitaires en place dans certains établissements, car elles minent de façon trop importante la santé des aînés». Selon les signataires, il devrait s’agir d’une «priorité gouvernementale».

«Le gouvernement doit déployer tous les efforts et toutes les ressources nécessaires afin de réparer, dans la mesure du possible, les dommages physiques et psychologiques que le confinement a déjà causés aux aînés», peut-on lire. 

Il est proposé que des équipes multidisciplinaires composées de physiothérapeutes, ergothérapeutes, kinésiologues, psychologues, médecins, travailleurs sociaux, nutritionnistes, techniciens en loisirs, massothérapeutes et bénévoles soient mises en place autant dans les CHSLD que les résidences pour aînés (RPA). 

«Depuis que le déconfinement est enclenché, les aînés sont les grands oubliés du plan gouvernemental», déplore Maude Lépine, une avocate transformée en préposée aux bénéficiaires durant la crise. 

Les aînés, «oubliés du déconfinement»
Joël Lemay / Agence QMI

Québec déconfine un peu

Or, la même journée que les demandes des médecins ont été dévoilées, Québec a assoupli ses règles en CHSLD. Une lettre dont Le Journal a obtenu copie envoyée à tous les centres intégrés (universitaires) de santé et de services sociaux de la province présente le «plan de déconfinement».

Pour les CHSLD qui n’ont pas d’éclosion de la COVID-19, les visites, les sorties et les rencontres extérieures seront désormais permises. 

Le Ministère de la Santé précise que «ces mesures pourraient être resserrées si une recrudescence de la COVID-19 survenait au Québec». 

Le personnel offrant des soins comme les dentistes, hygiénistes dentaires, audioprothésistes seront aussi admis, mais seulement dans les zones sans coronavirus.

«Il y a encore beaucoup à faire, notamment dans les RPA. On espère que nos recommandations seront écoutées et réellement appliquées très bientôt. C’est un pas dans la bonne direction», conclut Maude Lépine.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.