/24m
Navigation

Port du masque: Côte-Saint-Luc donne l'exemple

Port du masque: Côte-Saint-Luc donne l'exemple
CAMILLE LALANCETTE/24 HEURES/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

CÔTE-SAINT-LUC – Côte-Saint-Luc est la seule ville du Québec qui a décidé de rendre le masque obligatoire dans ses commerces, une directive qui entrera en vigueur le 1er juillet. 

D'ici le mois prochain, le port du masque est recommandé et les commerçants doivent rappeler aux gens de le porter afin de développer une habitude.

À la Fruiterie Maruti, sur l’avenue Westminster, les affiches l’indiquent clairement: il faut porter le masque pour entrer.

«Des personnes se fâchent quand on leur dit que ça prend le masque, mais c’est comme ça et c’est pour notre sécurité à nous, les employés», a expliqué le gérant, Rocky Kumar. Il observe que 95% des gens qui viennent ont un masque au visage.

Le pharmacien et propriétaire du Pharmaprix de l’avenue Caldwell, David Banon, croit que lorsque le masque sera obligatoire, les gens seront équipés et assez informés.

«Nous avons décidé de donner un masque chirurgical si les clients n’en ont pas. Aussi, la Ville nous a informés qu’elle allait nous en fournir une partie», a-t-il souligné.

Le pharmacien David Banon croit que le couvre-visage peut aider à réduire le nombre de cas de COVID-19.

«C’était un point chaud ici avant. On profite de la période de grâce pour éduquer les gens pour qu’ils portent le masque de la bonne façon afin qu’il couvre bien le nez et la bouche», a-t-il expliqué.

Solutions proposées à Montréal

La ville de Côte-Saint-Luc est située sur l'île de Montréal, épicentre du coronavirus au pays.

Les commerçants partout à Montréal pourraient aussi devoir interdire l'accès à leurs boutiques aux gens qui ne veulent pas le porter, tout en fournissant des masques, suggère François Audet, directeur scientifique de l’Observatoire canadien sur les crises et l’aide humanitaire.

«Je crois que c’est une meilleure façon de faire que de laisser ça à l’individu. Tu obliges le commerce, en termes juridiques, à faire respecter les règles», a-t-il dit, précisant que de telles mesures se voient dans la ville de San Diego, au Chili ou encore en Suède.

«Ce sont des conséquences directes sur la santé et la sécurité des communautés vulnérables, comme les personnes âgées qui doivent sortir pour aller magasiner. Ces gens-là ne peuvent pas goûter à cette nouvelle normalité et avoir un peu de bonheur à sortir pour aller acheter ce qu’ils ont besoin», a-t-il déploré.