/portemonnaie/entrepreneurship
Navigation

Traffic café: une solution plus «locale» pour les vrais amateurs de café

Dans ce balado, le cofondateur de Traffic café raconte comment son entreprise a traversé la crise et continue de soutenir les petits producteurs de grains

Greg Lanctot (à droite) est passé dans nos studios pour raconter l'histoire de son entreprise et expliquer comment son équipe a traversé la crise.
Courtoisie Traffic Café Greg Lanctot (à droite) est passé dans nos studios pour raconter l'histoire de son entreprise et expliquer comment son équipe a traversé la crise.

Coup d'oeil sur cet article

Le texte et le balado sur l’entreprise Traffic café sont tout juste après ces quelques mots.

La crise économique provoquée par la pandémie aura au moins eu l’heureuse conséquence de susciter un engouement pour l’achat local. Afin de soutenir ce mouvement, Porte-monnaie et QUB radio s’associent pour offrir une vitrine aux PME québécoises.

De mai à juillet, deux entreprises seront choisies chaque semaine afin de se faire connaître des consommateurs sur le site du Journal de Montréal et sur les ondes de QUB radio.

Pour ajouter votre entreprise à la liste et obtenir les détails de l’initiative #entrepreneursdici, cliquez ici!

À moins de vivre dans une forme de simplicité volontaire extrême dans le fond d'un bois, il est difficile de consommer 100% localement. Ce n’est pas demain matin qu’on boira un café à base de grains cultivés au Saguenay ou dans une serre en bordure de la 20.

Cofondé par Greg Lanctot, Traffic café offre une solution aux consommateurs soucieux d’injecter un peu de «local» dans le commerce global.

C'est un secret pour personne, nous avons la chance de travailler avec une personne passionnée, créative, énergique et qui a de la drive. Bonne fête au plus cool des CEO ! 🎂

Publiée par Traffic Coffee Crew sur Mardi 6 février 2018

 

Des PME d'ici et d'ailleurs qui s’unissent    

En plus de permettre aux gens de goûter à des produits de qualité, Traffic café travaille directement avec des petits producteurs d’ailleurs et des cafés indépendants d’ici. 

Sur son site web, on peut choisir parmi une dizaine de cafés de terroir et expérimentaux provenant de partout dans le monde. Pour chaque grain, on peut lire l’histoire du cultivateur et la description de ce qui lui donne ses caractéristiques singulières.

«Avec le ralentissement économique, les prix sur le marché font en sorte que lorsqu’on achète du café de masse dans les grandes chaînes, les petits producteurs finissent par vendre à perte, explique Greg. En se rendant directement à eux, on s’assure que ces gens-là soient capables de faire un profit. Ça leur donne les moyens d’améliorer leurs installations et leur permet aussi d’acquérir les connaissances pour développer la qualité de leur produit d’année en année.»

Sauvé par le virage numérique  

Au début de 2020, les affaires allaient très bien pour Traffic. Mais avec 95% des revenus qui proviennent des restaurants et des cafés, la pandémie et le confinement ont frappé fort. 

Heureusement, Greg faisait partie de ces entrepreneurs ayant déjà entrepris leur virage numérique, ce qui a permis à Traffic de s’adapter rapidement pour vendre directement aux consommateurs. 

«On a misé sur la vente en ligne et on a offert un rabais de 19% sur nos produits, en clin d’œil à la COVID. Et le support des gens a été incroyable.»

Si les achats en ligne ne compensent pas pour l’entièreté du manque à gagner, Greg est persuadé qu’avec la réouverture des cafés et des restaurants, la visibilité accrue de ses cafés lui permettra de continuer son expansion. 

Pour entendre l’histoire de Traffic Café, écoutez le balado!

Pour connaître ses produits, consultez son site web et abonnez-vous à ses comptes Facebook et Instagram.

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux