/news/currentevents
Navigation

Un policier de Saguenay accusé de faux et de détournement de fonds

Coup d'oeil sur cet article

SAGUENAY | Le reconstitutionniste de la police de Saguenay en scène d’accident Pierre Girard se retrouve au banc des accusés.

Une douzaine de chefs d’accusation – pour abus de confiance, vol, fraude, escroquerie et utilisation de faux documents – pèsent sur lui.

Les gestes reprochés auraient été commis entre septembre 2016 et février dernier. Girard aurait notamment rempli de faux rapports et de fausses cartes d’appel, selon l’accusation. Il aurait aussi frustré le Service de police de Saguenay d’une somme ne dépassant pas 5000$ et aurait volé une autre somme de 5000$ ou moins à son employeur.

Le policier, qui est actuellement suspendu avec demi-solde, doit comparaître le 18 août prochain.

Pierre Girard avait notamment été appelé à reconstituer l'accident d'Yves Martin, en août 2015. Il était l'un des témoins-clés de la poursuite au procès qui avait débuté en octobre 2016. Or trois chefs d'accusation font état de production et d'usage de faux rapports d'événements à partir du 29 septembre 2016.

«C'était clair, au procès, qu'il mentait et que c'était un incompétent», a dit l'avocat d'Yves Martin, Jean-Marc Fradette.

Le criminaliste avait présenté une requête pour faire libérer son client des accusations qui pesaient sur lui, tellement le travail du policier Girard lui semblait bâclé. La requête avait été rejetée.

«Je ne dis pas que les faux rapports mentionnés dans les accusations contre Girard ont été utilisés au procès Martin. Ce que je dis, c'est que de telles accusations jettent un doute sur le travail passé et présent de ce policier. La Couronne doit revisiter beaucoup de dossiers où il était impliqué», a dit Me Fradette.

«Je pense que, si Yves Martin demandait un nouveau procès sur la base de ces faits nouveaux, il aurait des chances d'en obtenir un, a-t-il ajouté. Ce serait à lui de prendre la décision de s'adresser à la Cour d'appel.»